Tout savoir sur le format AMP, de la création à l’indexation

Comme l’a précisé Richard Gingras lors de la convention Google I/O de 2016, les robots du moteur de recherche de Mountain View ont déjà indexé plus de 125 millions de pages AMP dans l’index. Google présente de plus en plus le carrousel des pages AMP en France sur les boxes Google News.

Alors que les sites d’informations majeurs ont tous effectués la transition avec plus ou moins de succès, la tendance indique que le projet prend forme et se démocratise rapidement. Développé en Open Source, le projet AMP est supporté par plus de 7000 développeurs partout dans le monde et semble avoir la capacité de couvrir l’ensemble du web mobile très rapidement ; logique quand on sait que les pages AMP réduisent, en moyenne, 90% du temps de chargement par rapport aux pages responsives.

Comment fonctionne le nouveau format mobile de Google ?

Le format AMP est destiné à diminuer au maximum le temps de chargement d’une page web pour mobile. L’adoption de ce nouveau format open source passe par la structuration de vos données et l’implémentation de plusieurs facteurs techniques. Tout le process peut être simplifié grâce à l’installation d’une librairie AMP JS qui, comme le précise le support de Google, comprend « toutes les meilleures pratiques d’AMP en termes d’efficacité, gère le chargement des ressources et contient les balises personnalisées […] et ce, pour un rendu rapide de la page« .

Une fois mis en place, Google envoie ses Googlebot-Mobile et procède à la mise en cache de toutes les pages au format. Ces dernières sont extraites, stockées en mémoire cache pour être ensuite resservies instantanément aux mobinautes. Google AMP Cache, nom du réseau de proxy stockant l’ensemble des ressources AMP disponibles fonctionne en HTTP/2 et vérifie la validité AMP de toutes les ressources avant de les servir.

Marquer les pages HTML avec les données structurées adéquates pour le carrousel AMP

Pour que vos pages AMP remontent dans les SERPs de Google par l’intermédiaire du carrousel (et bientôt du Search), il est primordial d’effectuer le marquage approprié. Il n’est pas utile d’être un développeur expérimenté pour y parvenir notamment sur les CMS les plus populaires qui ont déjà créés des plugins pour faciliter la transition vers le format AMP. Parmi eux on retrouve WordPress, Drupal et Joomla. Les étapes suivantes vous aideront à comprendre les complications éventuelles et à voir si le plugin a bien fait son travail ! Avant d’aller plus loin, rappelons rapidement ce qu’est le marquage des données structurées.

Marquage des données structurées

Le marquage de données est utilisé pour aider les moteurs de recherche à aller plus loin dans la compréhension du code des pages ; étape majeure d’un web sémantiquement performant. Il existe différentes nomenclatures pour « marquer la structure » de ses pages et de son site autrement connues comme les syntaxes :

  • Les microdonnées (tags HTML)
  • Les microformats (tags HTML)
  • RDFa (tags HTML)
  • JSON-LD (script)

Ces différentes syntaxes ont la possibilité d’utiliser différents vocabulaires :

  • schema.org
  • data-vocabulary.org
  • GoodRelations
  • FOAF
  • etc.

Aujourd’hui, le marquage est important pour Google et il encourage sa mise en place en proposant des résultats plus complets dans les SERPs ; les Rich Snippets.

Google supporte tous les langages mais recommande d’utiliser la syntaxe en javascript (JSON-LD pour Javascript Object Notation for Linked Data) pour l’AMP sur le support dédié aux développeurs. Seul le fil d’Ariane devra être marqué par l’intermédiaire d’une autre syntaxe.

Quel syntaxe faut-il favoriser dans le marquage de données ?

Outre la syntaxe, Google supporte tous les vocabulaires mais c’est bien schema.org qui s’impose aujourd’hui. Plusieurs vocabulaires peuvent être utilisés sur un même document mais l’ensemble des ressources officielles utilisent schema.org. Le fait que la communauté en charge soit dirigée par R. V. Guha (Googler jusqu’en février 2016) et Dan Brickley montre également l’importance du projet pour Mountain View.

En définitive, pour structurer votre contenu, il est recommandé d’utiliser la syntaxe de JSON-LD avec le vocabulaire schema.org. Le fil d’Ariane n’étant pas supporté par le JSON-LD, il vous faudra vous orienter vers les microdonnées et schema.org. Encore une fois, un même document peut utiliser plusieurs vocabulaires et plusieurs syntaxes.

Recommandation de la mise en place du marquage de données pour les pages AMP

Recommandation de la mise en place du marquage de données pour les pages AMP

Mes pages AMP sont-elles conformes ?

Vous avez créez vos pages AMP et les avez mises en place en suivant les guidelines de Google, c’est une étape importante mais inutile si elles ne sont pas conformes et éligibles pour apparaître dans les résultats mobiles de Google. Pour savoir si vos pages AMP sont conformes aux critères de Google et si elles peuvent effectivement être sélectionnées pour apparaître dans les résultats, vous devrez passer par plusieurs étapes.

Valider vos pages AMP

Comme le précise les membres de la Search Quality Team de Google,

Si l’AMP HTML de vos pages est invalide, celles-ci ne seront pas éligibles pour s’afficher au sein de certaines fonctionnalités de la recherche Google.

Julie A. Googler sur leur forum d’Aide aux Webmasters

Pour valider vos pages AMP et vérifier leur éligibilité, Google fournit toutes les explications sur le site dédié au projet AMP : https://www.ampproject.org/docs/guides/validate.html

La page est en anglais mais reste explicite. Pour tester la validation de vos pages AMP, il vous suffit de l’ouvrir dans votre navigateur en ajoutant l’ancre #development=1 a la fin de l’URL puis de la recharger. Une fois la page AMP avec l’ancre chargée, ouvrez l’outil de développement de Chrome ou Firefox puis allez dans l’onglet « Console ».

Sur Firefox, choisissez l’option « Erreurs » pour voir toutes les erreurs AMP qui remontent.

Sur Chrome, les erreurs apparaîtront directement, vous n’aurez pas besoin de sélectionner une option.

Vous pouvez également vérifier la conformité de votre marquage par l’intermédiaire du Data Testing Tool de Google.

Indexation des pages AMP sur Google

Une page validée n’est pas une page indexée. Il vous faudra un certain temps avant que vos pages soient bel et bien reconnues au format AMP.

Rapport AMP de la Search Console

Rapport AMP de la Search Console

Même si vos pages sont parfaitement valides et éligibles, il est possible que le rapport de la Search Console ne les mentionne pas tout de suite. Le rapport « Accelerated Mobile Pages » de la Search Console dédié aux pages AMP ne se met à jour que toutes les semaines voire toutes les deux semaines en fonction des sites. Il vous faut donc attendre plusieurs jours avant d’avoir une vue globale sur la situation de vos pages AMP.

Avoir des pages AMP valides ne suffit pas à les faire remonter dans le carrousel et les autres fonctionnalités de Google. Il est nécessaire d’implémenter un marquage spécifique afin de permettre à Google d’interpréter la nature du contenu de la page. Ce délai dépassé, il est possible qu’un problème d’accessibilité subsiste et que Google rencontre des difficultés à naviguer et comprendre les pages AMP. Dans ce cas, vérifiez à nouveau la validité de vos pages et votre fichier robots.txt.

Développement de l’A/B Testing pour le format AMP

Fin août, Google a annoncé par l’intermédiaire de Rudi Galfi, chef de produit AMP sur le blog du projet qu’un nouveau tag AMP allait être disponible pour permettre aux wbemasters de mettre en place des A/B tests ; preuve supplémentaire que le projet mobile de Google va prendre une place prépondérante dans le Search mobile.

Cette nouvelle fonctionnalité va entre autre permettre un paramétrage très fin du déroulement du test. Le webmaster pourra faire plusieurs versions d’une page et décider de la distribution aux internautes.