Machine Learning of course !

Rassurez-vous, le machine learning ne vous est pas inconnu !

Le Machine Learning, kesako?

Sa définition propre serait « l’apprentissage automatique » ou encore « l’apprentissage machine ».

Débutant aux alentours des années 50, cette technologie d’intelligence artificielle est depuis quelques temps très en vogue. Pour cause, une remise à la mode grâce aux nouveaux objets connectés et la puissance de calcul des machines.

Véritablement, cette technique d’apprentissage automatique permet, si l’on comprend bien, aux ordinateurs, d’apprendre sans avoir été programmés pour. Ainsi, on peut lui donner pour intitulé : science moderne !

Cependant, si le machine learning existe et est possible c’est surtout grâce à la révolution “big data”. Que faire d’une machine si celle-ci ne dispose pas de données ? Cette dernière nécessite de disposer de milliers de données pour fonctionner efficacement. Ces données sont indispensables pour l’intelligence artificielle sans nul doute, elle s’en nourrit … et grâce au machine learning, il devient possible d’extraire les données les plus pertinentes du flot des informations non structurées issues du Big Data.

Vous avez encore quelques interrogations? Prenons un vélo :

Si vous introduisez des milliers de photos de vélos et d’informations sur cet élément dans une base, celle-ci va forcément finir par comprendre ce qu’est un vélo et va donc pouvoir par la suite, l’appréhender. Donc, plus le machine learning emmagasinera de données et plus il apprendra et sera précis dans ses actions et réflexions futures. Il va catégoriser, classifier un élément, un thème, un événement particulier de façon statistique, qu’un homme réaliserait moins efficacement et moins rapidement.

Néanmoins, si nous donnons trop d’informations à la machine, celle-ci se noie dans la masse et ne peut plus reconnaitre les éléments et les traiter. Techniquement il faudrait incorporer environs 10 000 données au minimum et 100 000 au maximum. Une fourchette large qui permet de se rendre compte de l’ampleur de la tâche à accomplir.

Le machine learning n’a pas, pour l’instant, vocation à remplacer l’individu, c’est une aide, un accompagnement pour l’humain, une délégation du travail sur des tâches qui ne le nécessitent pas obligatoirement et qui sont automatisables. Il s’agit bien d’un substitut, fort agréable, puisqu’il permet de libérer du temps à l’humain pour réaliser des tâches bien plus valorisantes.  Dès lors que le modèle de travail est paramétré, la machine apprend seule et optimise au fil du temps la tâche à accomplir.

Le but n’est finalement pas d’évincer l’homme mais d’être un complément de savoir et de connaissances.

******************************

Ne loupez pas notre event !

Nous vous invitons, le jeudi 16 mai de 16h à 18h30 à participer à un event inédit consacré au “MACHINE LEARNING & MARKETING DIGITAL ?”

RDV chez Google au 8 rue de Londres 75009 Paris, les places sont limitées donc n’attendez pas !