Articles

Une bonne pratique SEO : le netlinking

Netlinking et référencement naturel

 

 
L’objectif du netlinking est d’obtenir un trafic qualifié en provenance des liens mis en place, mais également et surtout, de favoriser le référencement naturel grâce à l’amélioration de la popularité du site.

Act natural

Pour un maximum d’efficacité, il s’agit de rester le plus naturel possible dans la mise en place de vos actions.
D’abord, penser à varier les pages vers lesquelles renvoient vos liens : votre stratégie netlinking ne doit pas susciter la méfiance de la part des moteurs de recherche.
Variez également les emplacements, les typologies, les libellés, les jours de publications, etc.

Cent liens provenant de cent sites différents seront plus efficaces que cent liens provenant d’un seul et même site”

Entre autres  :
Nuancer les sources et les types de liens ;
• Varier les emplacements au niveau de la page source ;
• Diversifier la destination des liens ;
• Mettre en place ses actions de façon progressive (un site qui n’a jamais eu de lien doit commencer doucement, à l’image d’un développement progressif de son contenu) ;
Chronologie des liens ;
Varier les ancres (ancres optimisées, nom de domaine, nom de marque, nom de l’entreprise, mots clés exact, mots clés longue traîne, phrase à action, etc.).
 

Une puissance stratégique

Pour un maximum de cohérence dans la démarche, fixez en termes clairs votre stratégie SEO de netlinking, qui doit permettre de récupérer ce qu’on appelle dans le jargon « du jus SEO ».
Autrement dit, récupérer de l’autorité et de la popularité pour faire de votre site « le site expert de référence” en la matière.
Cette notion de popularité sera nourrie par la quantité de vos backlinks, et l’autorité par leur qualité. Autant dire que l’un et l’autre sont particulièrement indispensables.
En général pourtant, la stratégie de netlinking est le dernier maillon de la chaîne activée dans le cadre d’une optimisation SEO. C’est que les résultats ne sont pas immédiat, et qu’il faut savoir prendre son mal en patience. Les backlinks doivent être réguliers et naturels.
Et c’est un tout ! Plus votre site sera SEO friendly et mobile first, plus votre stratégie de netlinking sera efficace !
N’oubliez pas :
• Appliquez rigoureusement les bonnes pratiques SEO sans tomber dans une sur-optimisation artificielle ;
• Ne perdez pas de vue que le but premier de votre site est de répondre aux questions, attentes et besoins de vos utilisateurs.
 

Des questions concernant le netlinking ?
N’hésitez pas à consulter sur notre blog les différents articles qui y font référence. Mieux encore, n’hésitez pas à contacter nos experts et profitez d’un audit gratuit ! ?

Le Netlinking : une technique plutôt white, grey ou black-hat ?

Le netlinking, qu’est-ce que c’est ? Et surtout, comment l’utiliser ?

Les stratégies SEO fonctionnent sur le long terme !

Si on vise uniquement des stratégies de netlinking à court terme, cela risque d’être pénalisé par Google.
Cela a été le cas pour de nombreux sites avec la mise en place de Google Penguin en 2012. Lors de cette mise à jour, Google a sanctionné les référencements abusifs via le netlinking, les échanges de liens et le cloacking. Des échos récents sur la toile, parlent d’une mise à jour de Google Pingouin sur des annonces Twitter de Google.

 


Lorsque l’on parle de netlinking, on est obligé de parler de l’aspect éthique de ce procédé. Il faut savoir que l’on sort du cadre naturel dès que l’on souhaite générer des liens pointant vers un site.
Autrement dit : tout ne se fait pas de manière claire, spontanée et naturelle. Or c’est ce qui est attendu par Google !
Une stratégie de netlinking réfléchie consiste alors à créer des liens en optant pour des techniques conventionnelles et acceptées par les moteurs de recherche.
Sur le principe on comprend parfaitement la volonté et la logique de Matt Cutts, le fondateur de Google Pingouin : proposer les sites les plus pertinents pour les internautes et non des sites qui remontent grâce à leur nombre de backlinks. La stratégie de netlinking consistera alors à créer des backlinks “naturels”.

contact

Prenons le cas d’un site que l’on vient de créer sans aucun historique, sans aucune notoriété et où vous souhaitez obtenir du trafic. La stratégie sera également de créer des liens pertinents progressivement dans le temps. Avoir trop de liens en peu de temps est de toute évidence peu naturel pour Google.
Le Netlinking est donc un risque lorsqu’il est mal pratiqué ! Surtout lorsqu’il est fait dans une optique à court terme et n’est pas dans une optique « white SEO ».
Rappelons que la stratégie de netlinking a pour objectif d’améliorer le référencement naturel, votre visibilité, votre notoriété et l’audience d’un site internet.
Cette stratégie repose sur l’augmentation de liens hypertextes pointant vers la page web à rendre visible. Le backlink est donc le cœur principal d’une stratégie de link building.
A ce titre, la quantité et la qualité des backlinks sont essentielles et doit être variées.

Comment faire du netlinking ou link Building ?

Il faut définir un type de profil de backlinks que l’on recherche et déterminer s’il est légitime qu’il fasse un lien vers mon site.

Les KPI’s en netlinking à prendre en compte :

• Le nombre de domaines référents du site
• Le nombre de backlinks du site
• Le site a-t-il des pages indexées ?
• Le site a t-il des visites naturelles ?
• Combien de mots clés positionnés sur le site ?
• La thématique du site est elle en corrélation avec l’activité de mon site ?
• Quelles sont ces métriques de netlinking ( trust flow, citation flow, …)
• Le backlinks doit provenir d’une page web dont le contenu textuel est dans la même thématique que la page cible
L’objectif à travers ces différents KPI est de vérifier que le site est assez qualitatif (trafic et thématique) pour faire un lien vers mon site,
Le site aurait très bien pu, de façon « naturelle » ou dans un cadre de web-influence, réaliser un lien en parlant de mon activité que ce soit : mes services ou mes produits.

contact

Profitez d’un audit gratuit ! Vous souhaitez en savoir plus sur la stratégie netlinking? Contactez notre équipe d’experts SEO afin de bénéficier du meilleur avis en fonction de votre besoin.

 

 

On vous explique la position zéro !

Définition : La position zéro, mais qu’est-ce que c’est?

La Position Zéro correspond, dans les résultats de recherche de Google, à toute information située au-dessus de la première position en résultats naturels (SEO) ou “liens bleus”, exceptés les liens Adwords. On peut y trouver par exemple le Knowledge Graph, des Featured Snippets ou des résultats “Onebox” fournis directement par Google.
Ce résumé de réponse provient d’une page web (positionnée ou non en 1ère position). Google affiche également le lien vers cette page, son titre et son URL. Le featured snippet peut être accompagné ou non d’une illustration. Des vidéos peuvent aussi être positionnées.

3 Exemples (liste non exhaustive) :



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pour rappel, en 2017, Google centralise la plus forte part des recherches en France et dans le monde.

Quelles sont les parts de marché des moteurs de recherche en 2017 en France ?

  • Google : 92,54 %
  • Bing : 4,99 %

Cela montre bien l’importance de suivre les règles de Google pour travailler sur le référencement naturel d’un site web.
Mis à mal par l’arrivée de nouveaux outils informationnels , Google pour s’assurer de rester un réseau informationnel de premier ordre, a travaillé pour simplifier l’accès à l’information, limitant le nombre de clics nécessaire aux internautes pour obtenir les réponses recherchées.
Alors question : la position zéro va t’elle devenir la reine des Google SERPs? Si oui, son impact sur le SEO traditionnel pourrait être considérable!
Google semble aller vers un monopole de la position zéro, pour preuve ses nombreux tests réalisés depuis quelques jours, les objectifs étant d’améliorer la qualité du contenu proposé à l’internaute et le volume d’infos mais aussi et surtout pour la recherche vocale (voice search) qui va exploser en 2018.
A suivre !
Ce sujet vous intéresse? N’hésitez pas à contacter nos experts SEO !
 
 
 

Les PWA, ça vous parle ?

Les filles de l’équipe SEO de DK, Judith, Julie et Yasmine, ont participé au SEO Camp’us les jeudi 22 et 23 mars dernier et parmi tous les sujets, elles ont pu parler PWA !

PWA ou Progressive Web App, qu’est-ce que c’est exactement ?

App, mobile, navigateur, chargement de page, Google, “mobile-first indexing”, AMP et maintenant PWA …

Pourquoi choisir une web app plutôt qu’installer en natif une appli?

  • La rapidité (53% des utilisateurs abandonnent les sites qui mettent plus de 3 secondes à se charger),
  • Fiabilité de la connexion : Les PWA utilisent la technologie Lie Fie (entre connecté et déconnecté),
  • Intégration : comme une app native, écran d’accueil, liste des tâches, accès au hardware,
  • Engageant : Notification push
  • Une navigation plus rapide : un temps de chargement très réduit et indépendant de la qualité de réseau
  • Une ergonomie optimisée
  • Augmentation des visites
  • Avantage : contrairement aux applications classiques (téléchargées dans l’app store) qui requièrent de passer par plusieurs étapes, les PWA sont plus simples et permettent de conserver davantage d’utilisateurs. au final il reste 262 utilisateurs vs 410 dans l’app store.

Vous l’aurez compris, pour l’internaute, c’est la promesse d’une navigation optimisée et fluide !
Et pour l’annonceur? Les avantages principaux :
-un bon moyen de rendre son site mobile visible auprès de Google et donc d’améliorer son référencement naturel, SEO
-une expérience utilisateur inédite et donc à l’arrivée un meilleur taux de conversion
-les PWA permettent l’utilisation de notifications Push : un bon moyen de fidéliser ses utilisateurs (nouveautés, promos, …)
Et enfin, son développement est moins coûteux qu’une application classique, tout simplement parce qu’il est inutile de sortir une version par système d’exploitation.
N’hésitez pas à contacter nos experts SEO si vous avez des questions !
contact
Voici une infographie pour vous aider à mieux appréhender et décrypter ce nouveau format de délivrance d’informations qui promet une expérience utilisateur inégalée !

Indexation mobile-first Google, ready ?

Etes-vous prêts pour l’indexation mobile first de Google ?

1 an 1/2 de test plus tard, le déploiement de l’indexation mobile-first est en cours!

Et vous, êtes-vous prêts? Pour rappel, l’indexation mobile-first signifie que Google va désormais utiliser la version mobile d’un site plutôt que la version desktop pour l’indexation des pages web, logique puisque la majorité des recherches sont aujourd’hui effectuées sur mobile. Un impact certain sur le classement des pages dans les résultats de recherche du mastodonte du web car si vos pages mobile contiennent moins de contenu que la version desktop, votre site risque de perdre en référencement !
Précision de Google : « nous continuerons à n’avoir qu’un seul index pour déterminer les résultats de recherche. Nous n’avons pas un index mobile-first différent de notre index principal. Historiquement, la version desktop était utilisée pour l’indexation ; désormais, le contenu de la version mobile sera de plus en plus souvent utilisé pour l’indexation ».
Il est grand temps pour vous d’adapter votre site au mobile… sous peine d’être pénalisé par Google qui va indexer plus de sites en tenant compte de leurs versions mobiles et qui recommande vivement le respect des standards mobile-friendly de son moteur de recherche.

Votre site est-il adapté aux mobiles ? testez-le ici 

Quoi qu’il en soit, les webmasters seront avertis via la Search Console en cas d’activation de l’indexation mobile-first et pourront aussi constater une augmentation des explorations par le “Smartphone Googlebot”.

 
Si votre site web est responsive et que le contenu important et de qualité n’est pas masqué, vous ne devriez pas rencontrer de problèmes d’indexation.
Google rappelle « L’indexation mobile-first concerne la manière dont nous collectons le contenu, et non la manière dont le contenu est classé. Le contenu collecté par l’indexation en mobile-first n’a pas d’avantages par rapport au contenu mobile qui n’est pas encore collecté de cette manière ou sur le contenu pour ordinateur. De plus, si vous n’avez que du contenu pour ordinateur, vous continuerez à être représenté dans notre index ».
Le déploiement a commencé sur très peu de sites mais la transition va se faire très lentement et durant de longs mois.
Pas de panique donc mais de la vigilance et des bonnes pratiques à mettre en application !

 

Nouvelle mise à jour Google Images ?

Souvenez-vous ! il y a un an, Google Images faisait chuter le trafic référent provenant du moteur de recherche d’images de Google à l’occasion d’une mise à jour. La catastrophe pour de nombreux sites de contenus et d’images !
A partir d’aujourd’hui et avec sa nouvelle mise à jour, un certain nombre de changements concrets sont à noter et à l’inverse de l’année dernière, ces changements devraient avoir un impact positif sur le volume de trafic redirigé de Google Images vers les sites internet disposant de visuels bien positionnés sur le moteur de recherche.
Changement 1 : les internautes ne pourront plus aussi simplement qu’avant consulter l’image seule en grand (et l’enregistrer) sans visiter la page web qui l’héberge.
Auparavant, lorsque l’on se rendait sur Google Images, il était possible de cliquer sur le bouton « voir l’image » pour avoir l’image seule. Google vient d’annoncer la suppression de ce bouton.
Les objectifs sont clairement de limiter le vol d’images et mettre davantage en avant le copyright. Ce changement est surtout le résultat du récent accord passé avec Getty Images, qui accusait Google de faciliter le vol d’images.
Google Images a conservé le bouton “Consulter” (anciennement « Consulter la page« ) qui redirige lui directement l’utilisateur vers la page web hébergeant l’image.
Changement 2 : Google Images affiche désormais juste en dessous de chaque image la mention « Les images peuvent être protégées par des droits d’auteur« .
Cette mention était jusqu’à présent à peine visible car ajoutée sous la section dédiée aux images similaires.
Ce changement peut être perçu comme une frustration pour les utilisateurs, mais c’est un « bon point »pour les sites qui obtiendront ainsi plus de trafic et pourront afficher plus de publicités.
Néanmoins, l’internaute aura toujours la possibilité, en faisant un clic droit, de cliquer sur :
Ouvrir l’image dans un nouvel onglet
Enregistrer sous…
Tant que Google ne désactive pas le clic droit dans son moteur de recherche d’images, le vol d’images sera donc toujours aussi facile, même après la suppression du bouton “Afficher l’image”.

A noter néanmoins ! une extension chrome nommée “View Image” permet de retrouver la fonctionnalité. En l’espace de quelques heures, plus de 21 000 personnes ont téléchargé l’extension.
Attention néanmoins, « View Image » fonctionne uniquement sur les résultats provenant de Google.com, sa version anglophone. En utilisant le moteur de recherche en version française, il faudra continuer de se rendre sur la page où se trouve l’image pour l’enregistrer.

Contactez notre expert SEO !

Votre site est-il sécurisé?

Chrome affichera des alertes de sécurité sur tous les sites en HTTP à partir de juillet 2018
Fin d’un long suspense : c’est finalement au mois de juillet prochain que le navigateur Google Chrome affichera systématiquement un message d’alerte indiquant que le site n’est pas sécurisé lorsqu’une page sera en HTTP. Il reste donc encore quelques mois pour migrer les sites vers des URL sécurisées, pour ceux qui ne l’ont pas encore fait…
Avec ses plus de 48% de parts de marché en France, Google Chrome est un navigateur incontournable dans l’hexagone. On savait que ça devait arriver et cela aurait même dû se passer plus tôt, mais finalement, Google a annoncé hier officiellement que la version 68 du navigateur Chrome affichera un message “Site non sécurisé” à côté de la barre d’adresse (voir illustration ci-dessous) pour TOUS les sites en HTTP à partir du mois de juillet 2018 (jusqu’à maintenant, le navigateur n’affichait ce message que pour certaines pages, affichant notamment des formulaires ou potentiellement des informations personnelles).
message-http-chrome-juillet-2018
Alerte de sécurité affiché par Chrome sur les pages en HTTP à partir de juillet 2018.
Source : Google

La firme de Mountain View en a profité pour donner des chiffres sur la croissance de l’HTTPS sur le Web :
– 68% du trafic sur Chrome (Android et Windows) est sécurisé.
– Le chiffre est de 78% sur Chrome OS et Mac.
– 81 sites sur les 100 plus gros du Web sont désormais en HTTPS.
Bref, le message est clair : si votre site n’est pas encore en HTTPS, il est plus que temps d’y passer au plus vite !

Nous pouvons vous aider, notre expert SEO répondra à vos questions

L'index mobile first, qu'est-ce que cela va changer pour le SEO ?

Pourquoi parle t’on de l’index mobile first?

Annoncé pour 2018, c’est avec un peu d’avance qu’il commence à se déployer, on en parlait depuis longtemps, le fameux : « Index Mobile First ». Mis en place mi-octobre, il sera l’un des faits les plus marquants du SEO cette année !

Concrètement ça veut dire quoi :
Aujourd’hui Google possède deux crawleurs un pour le desktop et un pour le mobile. Un site n’étant pas responsive aujourd’hui peut bien se positionner sur desktop mais pas sur mobile.
Avec l’arrivée du mobile first un site non responsive sera déclassé sur l’ensemble de plateforme (mobile ET desktop…).
Avec ce nouveau concept, l’analyse d’un site par Google risque de changer, celui-ci va désormais prendre en compte le site mobile (site dédié, responsive) plutôt que sa version desktop. La situation devrait être favorable si la version mobile est semblable, affiche le même contenu que la version desktop.

Cas clients :

  • Le site est déjà responsive: normalement pas de problème (mais il peut être intéressant de regarder si il n’est pas nécessaire d’optimiser le temps de chargement, poids image…)
  • Le site n’est responsive: Il va falloir penser à réfléchir à l’intégration du responsive
  • Il existe un site desktop et un site mobile  (www.monsite.com et m.monsite.com) : Il va falloir faire bien attention à proposer le même contenu sur les deux sites. Car en règle générale sur un site mobile le contenu est très allégé (comme le site mobile sera considéré comme celui de référence, moins de texte, baisse de positionnement, baisse de trafic…la mort)

Dans l’idée il est préférable de privilégier l’option responsive plutôt que site mobile. Et il est indispensable de faire une veille à ce sujet pour pouvoir réagir en fonction des avancées, des décisions.
 

SEO : Le HTTPS incontournable à moyen terme

Tous les consultants SEO agence, annonceurs et freelance sont un jour ou l’autre passé par l’annonce officielle de Google annonçant le HTTPS comme critère de classement dans les SERPs. La volonté de Google de sécuriser le web est logique mais elle était loin d’être suivie par la communauté internationale des webmasters.
A l’époque, seulement 2,4% des sites web du top 1 million de BuiltWith (classement basé sur le trafic) utilisaient le protocole de transfert sécurisé sur leurs sites. Aujourd’hui, ils sont 7,9% toujours d’après BuiltWith. La progression est encourageante mais à l’échelle du web, les sites utilisant le HTTPS sont moins de 0,1%.

Graphe évolution du HTTPS au niveau du web

Evolution du nombre de site utilisant le protocole de transfert HTTP avec une couche de chiffrement en SSL à différentes échelles du web (Source : BuiltWith).


HttpArchive.org, site de données soutenu par WebPage Test montre que sur 500 000 URLs analysées, la progression au niveau du HTTPS est croissante. On remarque d’ailleurs que l’annonce de Google a entraîné quelques migrations (CMS ou sites majeurs).
Evolution du passage au HTTPS après l'annonce de Google en août 2014

Evolution du passage au HTTPS après l’annonce de Google en août 2014 (Source : HttpArchive.org)


Le mouvement est entamé mais beaucoup trop lent. Les premières études ont effectivement montré un impact limité du HTTPS sur le positionnement des sites web. Après un an, SearchMetrics est revenu sur la comparaison de l’évolution de la visibilité entre l’évolution du positionnement HTTP et HTTPS et a montré que les deux courbes étaient proportionnelles indiquant un impact mineur de ce signal.
Graphe évolution positionnement HTTP vs HTTPS

Graphe sur l’évolution du positionnement entre le HTTP et le HTTPS avant et après l’annonce du boost SEO du HTTPS sur son blog (Source : SearchMetrics)


 
 

UN TEST SUR "COCON SÉMANTIQUE" MONTRE LES LIMITES DE RANKBRAIN

Le site de Patrice Krysztofiak, à savoir sitepenalise.fr, a lancé un test pour tenter de remonter sur l’expression “cocon sémantique” très en vogue dans le milieu du SEO depuis plusieurs années. Démocratisée par Laurent Bourrelly il y a déjà plusieurs années, le “cocon sémantique” est une stratégie SEO on-site optimisant le contenu et le maillage avec des objectifs de positionnement précis.

Le test lancé sur sitepenalise.fr pour se positionner sur “cocon sémantique

SERP de Google sur le terme “cocon sémantique”

La page du site sitepenalise.fr sur le cocon sémantique a été indexée le 3 mai 2016 et s’est depuis positionnée sur la première SERP de la requête qui recense déjà 260 recherches en exact sur Google.

Date d’indexation de l’article de sitepenalise.fr pour se positionner sur ‘cocon sémantique”

L’article de sitepenalise.fr reprend une image de cocon de papillon et les termes du champ lexical relatif à la gestation en cocons :

  • éclosion
  • solide

Ainsi que celui du référencement et en particulier de l’importance de la sémantique:

  • contenu
  • cocon sémantique
  • maillage interne
  • article
  • texte

Puis développe en précisant :         
Par exemple pour cet article, je baratine afin d’allonger mon texte au maximum, car je n’ai vraiment pas grand-chose à dire sur ce sujet. Il faudra en faire de même pour vos pages produits, tout en laissant de la matière dans votre texte. Ce n’est pas une tâche facile, mais elle est pourtant nécessaire afin que votre site internet puisse se placer en haut des résultats naturels des moteurs de recherches.
Patrice Krysztofiak, sitepenalise.fr
L’article intègre ensuite une vidéo sur le développement des cocons des Monarques précisant ensuite que : le fait d’intégrer des vidéos permet à Google de détecter que l’internaute reste longtemps sur votre page, c’est une technique très efficace pour satisfaire la soif d’analyse du très célèbre Google-bot.
Patrice Krysztofiak, sitepenalise.fr
Les commentaires ajoutent du poids
Les commentaires montrent que le test a rapidement été identifié par les experts en SEO qui ont sans doute facilité le positionnement de la page en intégrant à leurs tours des termes du champ lexical du cocon (papillon, phalène, chenille, chrysalide etc.). Ces derniers regroupent presque autant de contenu que l’article lui-même.
Conclusion
Le contenu est clairement orienté pour se positionner sur “cocon sémantique” sans proposer un contenu détaillé comme le fait par exemple Via Prestige Agency, pourtant positionné après sitepenalise.fr. RankBrain, officiellement proactif sur la quasi-totalité des requêtes depuis quelques jours a donc encore des progrès à faire malgré son efficacité avérée.