Articles

Google : La position moyenne, c’est fini !

La chronique d’une mort annoncée : la position moyenne

Ça y est ! Google a annoncé la suppression de la position moyenne pour septembre 2019. La statistique de référence concernant le positionnement de vos annonces par rapport aux annonces de vos concurrents va disparaitre bientôt mais pas de panique : si la position moyenne disparait, Google introduit 4 nouvelles statistiques à la place.

Pourquoi Google a-t-il décidé de remplacer la position moyenne ?

La position moyenne indique l’ordre d’affichage des annonces dans les résultats de recherche par rapport aux autres annonces. Cependant, elle ne prend pas en compte l’emplacement sur la page de résultats de recherche. Ainsi, une annonce avec une position moyenne « 1 » se traduit par une annonce affichée en premier, devant tous les autres annonceurs payants. Mais pas forcément au-dessus de résultats de recherche naturels…

Cette statistique étant imprécise, Google a décidé de la supprimer et de la remplacer avec 4 nouveaux KPI. Cela afin de donner aux annonceurs des informations plus pertinentes par rapport à la diffusion et l’affichage de leurs annonces.

Ces nouveaux KPI sont d’ores et déjà sur la plateforme Google ADS depuis novembre 2018 et il est vivement recommandé de commencer à les utiliser dans vos reportings (et de commencer à enlever la statistique « position moyenne ».)

contact

Quels sont ces nouveaux KPI ?

  • % impression (tout en haut) – le pourcentage de vos impressions diffusées en tant que toute première annonce au-dessus des résultats de recherche naturels.
  • % impression (haut) – le pourcentage de vos impressions diffusées n’importe où au-dessus des résultats de recherche naturels.
  • Taux d’impression en haut de page sur réseau de recherche – la part des impressions diffusées en haut de page au-dessous des résultats naturels par rapport au nombre estimé d’impressions que vous auriez pu enregistrer à cet emplacement
  • Taux d’impression en 1re position absolue sur réseau de recherche – la part des impressions diffusées en première position absolue au-dessus des résultats naturels par rapport au nombre estimé d’impressions que vous auriez pu enregistrer à cet emplacement

Avec quelles conséquences ?

  1. La stratégie « Emplacement cible sur la page de recherche» va disparaître aussi. La bonne nouvelle est que vous allez toujours pouvoir influencer l’emplacement de vos annonces sur la page avec la nouvelle stratégie « Taux d’impressions cible » qui définit automatiquement les enchères. L’objectif est de diffuser vos annonces en première position absolue ou en haut de page sur la page de résultats de recherche. En plus, cette stratégie vous permet de déterminer le pourcentage souhaité pour l’emplacement désiré et de rajouter un CPC max, donc d’avoir plus de contrôle sur la campagne.
  2. Si la position moyenne disparait, vos concurrents changeront de stratégie. Personne ne pourra plus optimiser sa position moyenne, donc tout le monde va commencer à viser le haut de page ou la position absolue en haut de page ce qui va probablement générer une hausse de CPC. C’est pour ça qu’il faut bien se préparer avant septembre 2019 et adapter sa stratégie aux changements de Google.

 

contact

 

Au revoir la position moyenne ! De notre côté, on se prépare pour septembre 2019, et vous ?  Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos experts et de profiter d’un audit gratuit. Ils sauront au mieux vous conseiller dans votre mise en place et dans votre stratégie.

SEA + SEO = 👍

SEO + SEA

Amis ou ennemis ? la majorité des articles qui traitent de ce sujet n’indiquent que des oppositions. Dommage n’est-ce pas ?

Alors on a décidé d’écrire à propos de leur complémentarité, parce que chez Digitalkeys, nous sommes convaincus que le référencement doit être envisagé dans sa globalité pour plus d’efficacité !

On vous explique tout.

Pour les retardataires …

Effectivement, pour ceux qui ont loupé quelques étapes, voire quelques années dans le marketing et principalement dans le marketing digital, il est important de rappeler ce qu’est le référencement.

Son but fait référence à l’utilisation de toutes les pratiques mises en place par le marketing digital. Cela afin d’optimiser la visibilité des contenus sur les moteurs de recherche, et plus précisemment sur ce cher Google.

 

contact

 

Le référencement est soit naturel soit payant. Aussi intitulé Search Engine Optimization (SEO = organique) et Search Engine Advertising (SEA = payant).

seo et sea

Le référencement naturel va permettre, grâce à des actions ciblées, d’optimiser un site pour le rendre visible pour les utilisateurs. Le trafic est donc régulier et sa position dans le temps est durable. Bien que son optimisation nécessite une expertise rigoureuse et de sérieuses connaissances dans le digital, il s’agit d’une technique optimale pour le contenu.

De plus, le fait de paraitre longtemps sur la première page de résultat dans les moteurs de recherche inspire la confiance et une certaine notoriété, elle renforce l’image de la page. Il reste par-dessus tout, une forte valeur ajoutée à une page dans le temps.

Le référencement payant lui, consiste en la création et l’optimisation de campagne publicitaire, elles aussi sur un moteur de recherche, mais payante. En effet, son immédiateté va permettre une augmentation du trafic considérable et une visibilité bien meilleure que pour les autres. De plus, sa flexibilité, permet de faire varier le budget en fonction du besoin et de la concurrence, et cela quotidiennement. La qualité requise afin d’obtenir un trafic qualifié est un bon paramétrage, grâce auquel, on va avoir une augmentation du taux de conversion. Cependant, tout est une question d’enchère, plus il y a de budget, et plus le lien sera haut dans la liste des annonces payantes.

Mettons-nous en tête que, bien qu’ils soient complémentaires, chaque levier et ses objectifs sont très différents. C’est pour cela qu’il faut réussir à mettre en place la meilleure stratégie possible.

Le fameux …

Sans surprise, le moteur de recherche Google reste le plus utilisé ! Sa plateforme Google Adwords, est une plateforme d’enchères, ou les rémunérations des mots clés se font par CPM, CPC ou encore CPA. Celui-ci va, en fonction des demandes, analyser les fameuses pages et les classer parmi toutes celles qui traitent du même sujet. Le système d’enchères permet donc, à celui qui investi le plus, d’être tout en haut de la page. Pas simple donc, d’être toujours numéro 1 et les budgets peuvent parfois vite grimper ! Les experts sont là pour optimiser au mieux les campagnes afin de les rendre les plus performantes possible avec une vraie maîtrise des investissements.

 

 

 

Alors SEA + SEO = le duo de la rentabilité ?

Nous répondons un grand OUI à cette question. Sous réserve que la stratégie soit définie par des experts qualifiés et avec un suivi et une optimisation optimale. Mais il est évident qu’une vraie stratégie de marketing digitale nécessite les actions de ces deux leviers, main dans la main.

Le référencement naturel est un travail de longue haleine. Il faut au moins 6 mois pour être mis en place et commencer à donner des résultats. Alors, lancer des campagnes SEA dans un premier temps afin d’acquérir un trafic de manière immédiate, rapide et efficacement est une bonne solution. Il va permettre à un site, une page de se faire connaitre rapidement et de gagner en notoriété. L’attention qu’il va attirer va devoir se poursuivre grâce au SEO. Cela par un suivi sur la durée.

En effet puisque la page aura gagné en notoriété et en visibilité, il n’y aura plus qu’à continuer de la faire vivre sur le moteur. Sa notoriété évoluera toujours, son expertise se développera, mais son contenu sera d’autant plus qualitatif… le travail sera celui de l’accompagnement sur la durée, puisqu’on aura déjà acquis le plus gros du trafic.

Et qu’en est-il du duo SEO + SEA ?

Mais il est parfois bien plus stratégique de privilégier la mise en place d’une stratégie SEO avant même d’envisager de mettre du budget dans l’achat de liens payants. Le SEO va permettre d’installer la marque de façon pérenne et durable et de positionner les contenus efficacement. Le soutien payant dans ce cas peut être envisagé dans un second temps, l’objectif étant, rapidement, de pouvoir associer les 2 leviers afin de renforcer la performance des actions. Lors d’une recherche on pourra obtenir, grâce à une requête spécifique, le résultat d’une page référencée payante aisément.

De plus, le fait de pratiquer cette technique de référencement va permettre à un site internet d’obtenir de la visibilité, de la notoriété, et de ne pas se faire oublier par sa présence en SEA. Le résultat est donc double :

  • Un travail qui ne nécessite pas d’être activé lorsque le SEO est enfin acquis, mais qui peut être réalisé en amont
  • Une stratégie sur le long terme, puisque le SEO va permettre d’acquérir, et le SEA de poursuivre le travail entrepris.
  • Enfin pour ceux n’ayant pas le budget suffisant pour démarrer par du SEA, le SEO peut être une solution évolutive. Cela permet à la fois de rester visible, et d’investir plus tard tout en restant actif.

 

Leur objectif est donc bien commun : attirer du trafic, les moyens employés sont différents mais le but est le même. Il reste à prendre en compte, suivant les besoins, si la demande nécessite d’être réalisé rapidement ou sur la durée.

L’association des deux méthodes de référencement permet une stratégie efficace mais surtout rentable pour l’annonceur. Ce sont donc 2 canaux d’acquisition à la fois complémentaires et stratégiques.

 

contact

 

N’hésitez pas à contacter nos experts, SEO et SEA, si vous souhaitez améliorer la visibilité de votre site. Ils seront ravis de partager leur expertise avec vous!

Et bénéficiez d’un audit gratuit !

 

CPA, Google change son calcul !

Bien… maintenant que le titre un peu racoleur vous a amené ici, on peut rentrer dans le vif du sujet, et croyez-moi, il mérite que l’on s’y penche !

Le CPA est mort, vive le CPA !

Depuis quelques mois, Google a fait le choix de changer la façon dont il affiche le KPI, que de nombreux annonceurs “perf” suivent de près : la colonne “Coût/conv.” (en d’autres termes, le CPA)

Historiquement, ce KPI était tout simplement calculé en divisant le budget investi (la colonne “Coût”) par le nombre de conversions (la colonne “Conversions”).

Depuis quelques temps, Google a tout simplement changé cette méthode de calcul. En effet, il considère désormais que le coût utilisé pour calculer le ratio “Coût/conv.” ne devait prendre en compte, que les clics “susceptibles de générer une conversion”:

google-ads-cpa

Effectivement, si vous regarder attentivement les stats de vos campagnes, vous pouvez vous apercevoir que le ratio habituel peut ne plus être respecté :

google-ads-cpa-casse

Bien entendu, là où le bas blesse, c’est que le géant californien facture bien évidemment tous les clics, et pas seulement “Ceux susceptibles d’aboutir à une conversion”…

Google choisit de ne pas intégrer tous les coûts dans le calcul du CPA

contact

 

La grande question est donc: “Mais qu’est ce que Google considère comme étant une interaction qui n’est pas susceptible d’aboutir à une conversion ?

Aucun article d’aide ne précise quelle est la liste du type de clics que ce dernier intègre dans cette catégorie, mais un récent échange de l’équipe SEA de Digitalkeys et Digital & Co avec nos chargés de compte Google, a permis d’établir une liste:

retour-google-nouveau-cpa

Ainsi, nous pouvons donc lister les clics qui ne seront pas pris en compte pour le calcul du CPA “Google Ads” :

  • Les clics ayant eu lieu entre la création d’un tag de conversion, et la pose effective du tag.
  • Les clics sur des extensions d’annonces, qui ne redirigent pas sur le site de l’annonceur (Extension d’appel non-comptabilisés comme conversions, extensions de lieu,…)
  • Les clics qui ne sont “techniquement pas traçables”.

Dans cette dernière catégorie, les retours sont encore flous, en plus des utilisateurs qui bloquent délibérément les cookies, il faut ajouter les navigateurs de l’environnement Apple (Mac OS/iOS) sont concernés, lorsque le “Conversion Linker” n’est pas installé sur les pages du site.

contact

Et maintenant ? Que va t’il se passer?

En soit, ce changement impacte pour l’instant une part relative des conversions et des clics des campagnes Google Ads (Sauf cas particuliers d’annonceurs “Mac” ou “Mobile”, avec de clics importants sur les extensions d’annonces). Néanmoins il nous permet de nous interroger sur la suite que va donner Google à cette tendance de tracking relatif, parallèlement aux diverses annonces qui vont aboutir à un suivi “cookie” qui va être de plus en plus compliqué dans les prochains mois…

Cette étape marque-t-elle le début d’une tendance à faire remonter des données “extrapolées” ou “calculées”, plutôt que du tracking réel ? L’avenir, et notamment les annonces du Marketing Live 2019 (Du 13 au 15 Mai prochain) nous le diront 😉

Si vous souhaitez de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter nos experts SEA afin qu’ils puissent répondre au mieux à vos interrogations.

Un blog pour améliorer le positionnement de mon site ?

Mon blog peut-il réellement améliorer le positionnement de mon site ?

Comment un blog peut-il permettre d’apparaître parmi les premiers résultats dans les moteurs de recherche ?

Est-il nécessaire d’intégrer un blog dans sa stratégie de contenu ?

Faut-il vraiment prendre la plume (ou le clavier !) pour espérer exister sur le Web ?

… Autant de questions auxquelles nous allons répondre ci-dessous !

Un blog, pour quoi faire ?

 

Pour booster votre visibilité et votre notoriété !

Toute marque doit être présente sur le web si elle souhaite renforcer sa notoriété et attirer de nouveaux clients. Or, dans un contexte de plus en plus concurrentiel, il est toujours plus difficile de se faire entendre et le fait d’apparaitre en 1ère page de Google, où le taux de clic est le plus élevé, relève souvent de l’exploit. Si votre objectif est d’améliorer votre notoriété et d’obtenir la meilleure visibilité possible dans les résultats naturels des moteurs de recherches, vous devez mettre en place une stratégie de contenu, dont le blog est le format le plus courant, et un des points d’entrée majeurs sur votre site.

 

Pour échanger avec vos clients !

Contrairement au site Internet, dont la raison d’être est de présenter l’entreprise, ses valeurs et de mettre en avant ses produits via une stratégie descendante, le blog permet de communiquer directement avec ses clients de façon plus libre et moins formelle. Sur son blog, une entreprise ne tient pas un discours promotionnel, elle parle à ses clients, répond à leurs problématiques et leur offre la possibilité de réagir en donnant leur avis à travers des commentaires.

 

Pour gagner des leads et des nouveaux clients !

Un blog permet d’écrire à ses clients fidèles mais permet également attirer de nouveaux prospects ! En effet, la qualité de vos écrits vous permet de vous positionner en expert, vous devenez ainsi une marque référente dans votre domaine. Grâce aux boutons de partage sur les réseaux sociaux, vos articles circulent et leur portée est décuplée. Vous touchez ainsi une audience qualifiée plus large et gagnez des leads qui pour les meilleurs d’entre eux deviendront des clients !

 

Un blog, comment faire ?

 

Identifiez avec soin les sujets de vos articles !

Pour ce faire, travaillez votre sémantique : effectuez une recherche de mots clés  en adéquation avec votre activité, qui répondent aux questions de vos prospects et qui ne soient pas trop concurrentiels. Utilisez ensuite ces mots clés et leur champ lexical dans vos articles, et anglez vos communications autour de ces thématiques. Mais attention, un blog n’est pas une accumulation de mots clés ! La qualité prime toujours sur la quantité. Vous devez produire des contenus  riches, à forte valeur ajoutée, informatifs et engageants ! Choisissez dans la mesure du possible des sujets « evergreen », c’est à dire des sujets qui ne vieillissent pas. Ainsi, vos articles ne risqueront pas l’obsolescence. De même, vous ne pouvez pas écrire sur tous les sujets, alors concentrez-vous sur ceux que vous maîtrisez.

 

Créez des contenus qualitatifs, différenciants et informatifs !

Publiez régulièrement et nourrissez vos clients avec des contenus uniques et de qualité, et adaptés à leurs besoins. En créant vos  propres contenus sans passer par le truchement des médias classiques, votre marque choisit une ligne éditoriale et devient média. Elle assoie son identité, se raconte et crée une relation de confiance avec ses clients en leur offrant une véritable expérience utilisateur, différente de celle que peuvent offrir ses concurrents.

 

Apportez les optimisations techniques nécessaires pour une indexation optimale !

 

Ecrivez pour les humains mais aussi pour les robots grâce à un SEO maîtrisé !

Vous donnerez ainsi à vos articles toutes les chances d’être bien positionnés dans le SERP – « search engine result page » ou page de résultats des moteurs de recherche. Et pour continuer de plaire à Google, n’oubliez pas de considérer les mises à jour de ses algorithmes !

 

? « Le contenu est ROI» et « Le blog est prince » 

Le blog est un des leviers de succès les plus efficaces, car il permet d’assurer le trafic vers votre site et génère des leads qualifiés.

On ne peut plus s’en passer, cependant, construire un blog de qualité demande du temps, des compétences et de la patience.

C’est une stratégie sur le long terme, mais le retour sur investissement est réel : l’intégration d’un blog à votre site internet est en effet une réelle valeur ajoutée pour vos clients, vos prospects et pour vous !  Et vous, qu’en pensez-vous ?

Si vous êtes prêts à vous lancer, contactez-nous pour avoir plus d’infos !

[Vidéo] Google Marketing Live 2018

Victor Marquis, responsable PPC de Digitalkeys, invité au Google Marketing Live 2018 à San Jose, en Californie, nous raconte son expérience !

Contexte

Le Google Marketing Live, qui a eu lieu en juillet dernier, a encore une fois rassemblé de nombreux annonceurs pour annoncer les grandes innovations à venir.

Pour rappel, Digitalkeys est partenaire privilégié de Google sur le marché français en tant que Google Partner Premier.

Retrouvons Victor qui nous donne son ressenti concernant cet événement.

 

Partenaire officiel Google Shopping CSS 👍

Good news ! Google Shopping : savez-vous que vous pouvez désormais économiser  sur vos investissements ?

 

C’est fait, depuis quelques semaines, Digitalkeys est partenaire officiel du nouveau programme de Google Shopping CSS (Comparison Shopping Service) et a lancé son propre comparateur de prix DSh0p labellisé CSS, en ligne ici : https://www.dsh0p.com/

 

Concrètement, cela veut dire quoi ?

Pour répondre aux exigences de la commission européenne (plus d’infos à la fin de cet article), Google modifie ses conditions pour le programme Google Shopping.

Toujours pour répondre à ces exigences, de nouvelles conditions tarifaires et des incentives importantes sont mises en place pour les annonceurs qui déportent une partie de leurs investissements via un comparateur tiers.

Digitalkeys a donc souhaité créer immédiatement son propre comparateur de prix afin de pouvoir vous faire bénéficier de ces conditions avantageuses, que vous soyez clients de l’agence ou utilisateur de Google Shopping*.

Pour l’internaute cela ne change rien, juste l’affichage du nom de notre comparateur, exemple ci-dessous :

 

Et financièrement, comment ça marche ?

Google a annoncé officiellement des modifications de son incentive :

  • Le montant de la remise octroyée aux annonceurs passant par un CSS tiers sera fixée à 5% à compté du 1er Novembre
  • Le montant maximum de la remise a été augmenté à 100 000$ (c’était 32 000€ actuellement)
  • Suppression de ce principe de remise au 31 Décembre 2018, finit les cadeaux!

En résumé :

Entre le 1er Novembre et le 31 Décembre vous bénéficierez donc de la remise de 5% des dépenses shopping (cappé à 100 000$) et de la baisse de 20% sur les CPC

Et à partir du 1er Janvier 2019 vous ne bénéficierez plus que de la baisse de 20% sur les CPC

Ces conditions restent accessibles exclusivement pour les partenaires du nouveau programme CSS  !

➡️ En cumul, l’économie reste très avantageuse !

 

Vous souhaitez gagner plus de 20% sur vos investissements Google Shopping, comment faire ?

Si vous travaillez déjà avec nous, n’attendez pas et prenez contact avec votre account manager.

*Si vous travaillez vos campagnes Google Ads en interne, via une agence ou un free lance, vous pouvez quand même nous apporter votre flux Shopping pour bénéficier du programme CSS Labellisé tout en conservant la maitrise de vos actions.

 

Si vous souhaitez bénéficier de cette offre afin de réduire vos coûts et d’améliorer vos performances Contactez-nous pour en savoir plus

*****************************************

Mais au fait, pourquoi Google met-il ce programme en place ?

Pour rappel, en juin dernier, l’Union Européenne condamne Google à verser une amende de 2.42 milliards d’euros !

En effet, il est reproché à Google de profiter de la dominance de son moteur de recherche pour mettre en avant ses annonces payantes, et ce, au détriment des concurrents comparateurs de prix.

Dès lors, il a été ordonné à Google d’ouvrir expressément son comparateur Google Shopping à la concurrence mais aussi de participer, tout comme ces derniers, aux enchères de position, faisant de Google Shopping une société « autonome ». Dès lors, il sera distingué :

Google «  Moteur de recherche »

Google Shopping « Comparateur de prix »

Bien que Google ait fait appel de cette décision, qu’il juge injustifiée, le célèbre moteur de recherche s’est plié à la demande en attendant, et par conséquent, a changé sa politique d’affichage et la part de clic accordée aux comparateurs dans Shopping.

A noter que ce changement ne concerne que l’Europe :

« À partir d’aujourd’hui, les services de comparateur de prix ont une nouvelle opportunité d’utiliser des annonces de Google Shopping pour faire de la publicité sur Google.com dans les pays de l’UE (Autriche, Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie, Irlande, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni) et la Suisse au nom des détaillants qu’ils représentent. » dixit Google.

 

Si vous souhaitez bénéficier de cette offre afin de réduire vos coûts et d’améliorer vos performances  : Contactez-nous pour en savoir plus

Google Marketing Live 2018, Digitalkeys était invitée !

Le Google Marketing Live 2018, avez-vous assisté à l’un des plus grands événements Google de l’année ?

L’édition 2018 !

C’était il y a quelques semaines à San Francisco et Digitalkeys était invitée pour l’occasion ! Ce sont donc Victor, responsable PPC et et Thierry notre CEO, qui ont fait le déplacement, et ils sont revenus avec plein de nouveautés dans leurs valises…

‘’La publicité qui fonctionne pour tout le monde” telle est la philosophie de base du Live Marketing Google. Comme à son habitude Google a rappelé les fondements même de son entreprise ainsi que sa mission. Pour l’édition 2018, cette tâche fut confiée au Vice Président Senior du département de la publicité chez Google, M. Sridhar Ramaswamy.

Les mots d’ordre étaient la pertinence, la transparence et la fiabilité. L’apprentissage automatique et le machine learning étaient au cœur de l’événement, visant à améliorer les résultats et à simplifier les expériences pour les petites entreprises et les annonceurs professionnels.

 

Les changements majeurs ?

  • L’IA qui intègre Google

Google revient cette année avec un nouveau format d’annonces répondant à une logique d’automatisation et de machine learning.

✖ Ainsi, les << Smart Campaigns >> pour les PME/TPE font leur apparition. Elles permettent non seulement l’automatisation des campagnes mais aussi la génération automatique de landing pages adaptées.

✖ Les << Responsive Search Ads >> ou la fin des A/B test Adwords : La version Bêta des Responsive Search Ads sera développée à grande échelle. La volonté de Google Ads est d’encourager les annonceurs à abandonner les traditionnels A/B tests au profit de ce dispositif plus automatisé. Si Google demande un minimum de trois annonces et généralise la rotation automatique des annonces, les Responsive Search Ads voient plus loin encore. Les annonceurs auront la possibilité d’ajouter jusqu’à 15 titres et 4 descriptions de 90 caractères chacune.

✖ Les << local campaigns >> : Des nouvelles typologies de campagnes sont développées pour attirer le visiteur vers le magasin. Grâce à la géolocalisation, l’utilisateur est directement dirigé vers le magasin le plus proche. Le nombre de requêtes incluant <<… ouvert près de chez moi ce soir>> a d’ailleurs été multiplié par 10.  Cela permet aussi de générer des rapports sur les visites de magasins à l’aide de données anonymes et agrégées, provenant d’utilisateurs Google connectés, qui ont décidé d’activer l’historique de leur position.

Très proche du fonctionnement des <<Campagnes Smart >> destinées au PME, les campagnes locales sont destinées au drive-to-store, quelle que soit la taille de la boutique. En contre-partie, Google fournit de riches rapports sur les données des visiteurs en boutique.

 

  • Nouveaux noms

Google repense ses solutions publicitaires.

✖ Google Adwords devient Google Ads

✖ Les produits du DoubleClick Studio et ceux d’Analytics sont désormais tous disponibles sous la Marketing Plateform.

✖ Enfin DoubleClick for Publishers et DoubleClick Ad Exchange ne forment plus qu’un avec Google Ad Manager.

Ces changements vont permettre une plus grande accessibilité et un plus grand contrôle de l’information issue des campagnes publicitaires.

On voit aussi apparaître Display & Video 360 qui synthétisent les produits publicitaires tels que DoubleClick Bid Manager, Campaign Manager et Audience Center. Les annonceurs ont désormais la possibilité de voir des rapports multi-appareils dans Google Analytics, ce qui veut dire qu’ils peuvent développer des audiences de marketing inter-appareils.

 

  • Nouveaux produits

✖ YouTube reste un levier essentiel dans la stratégie de communication des marques. Pour augmenter sa pertinence, Google a donc mis en place Maximize lift : nouvelle stratégie d’enchères basée sur l’apprentissage automatique. Elle permet de trouver les personnes les plus susceptibles de suivre votre marque après avoir visionné une annonce vidéo.

✖ Mobile Speed Score : Google a introduit une nouvelle façon d’évaluer la vitesse des pages mobiles, en mettant en place un nouveau rapport permettant de connaître le temps de téléchargement d’une page sur mobile. Le format de pages AMP ( Accelerated Mobile Page) mis en place par Google est un format de pages mobiles proposé en open source et destiné à accélérer l’affichage des pages sur smartphones. Le passage au format AMP réduit le poids des pages en éliminant certains éléments ou codes parasites, ce qui permet d’obtenir un gain de temps substantiel à l’affichage. Grâce à leur temps de chargement accéléré, les pages proposées au format AMP peuvent parfois bénéficier d’une certaine mise en avant ou d’un « traitement de faveur » de la part de Google dans ses pages de résultats.

✖ Co-marketing : Un annonceur qui lance sa campagne sur le web partagera désormais les frais avec le client pour lequel il travaille. Ce partenariat entre les deux sociétés s’effectue lors de la promotion d’un contenu ou d’un produit. En tirant parti de la relation et de la portée d’un partenaire, les campagnes de co-marketing sont conçues pour générer davantage de pistes, de buzz et de sensibilisation, avec moins de travail.

 

VOUS SOUHAITEZ REVOIR LA CONFÉRENCE COMPLÈTE DU GOOGLE MARKETING LIVE 2018 :

 

Comment optimiser votre chaîne YouTube pour Google ?

Le saviez-vous ?

YouTube est le deuxième moteur de recherche au monde avec 3 milliard de requêtes mensuelles. En 2016, le nombre de recherches sur YouTube est plus élevé que le nombre de recherches effectuées sur Yahoo et Bing réunis. YouTube atteint plus d’adultes de 18 à 35 ans que n’importe quelle chaîne de télévision classique.

Quelques statistiques clés qui montrent l’influence de YouTube au quotidien :

• 1 Français sur 2 regarde désormais YouTube tous les jours (Source Think with Google)
• ¼ des utilisateurs entre 25 et 34 ans a le réflexe YouTube au réveil ou au coucher
• Près de 1/3 des acheteurs a vu une vidéo utile sur YouTube avant d’acheter un produit
• 4/10 des parents regardent YouTube avec leurs enfants

 

POURQUOI ?

Il est essentiel pour les marques de donner de la visibilité à leur chaîne YouTube sur les moteurs de recherche et cela passe bien entendu par une bonne connaissance des best practices.

 

COMMENT ?

Au moment de l’upload de la vidéo, vous aurez la possibilité de renseigner un grand nombre d’informations sur la vidéo en elle-même. Décrivez-là, le plus possible, placez des liens dans la description pour diffuser vos sources et inspirations.
Géolocaliser sa chaîne permet de faire comprendre à YouTube à quelle cible géographique vous vous adressez. En complétant ces données de géolocalisation (langue, pays…), vous aurez plus de chances d’apparaître dans les vidéos recommandées des internautes répondant aux mêmes critères géographiques que les autres.

Sur YouTube, la section “A propos” est parfaite pour pouvoir parler de son univers et de son activité, tout comme le sujet de la chaîne.

Vous avez aussi la possibilité d’associer la plateforme avec de nombreux sites tiers, notamment votre site personnel et site marchand. En créant cette association, vous pourrez montrer à YouTube que vous êtes vraiment présents partout.

Concernant la page de présentation YouTube, elle est primordiale pour attirer l’œil. C’est un signe de confiance si les photos de profil et de couverture sont de qualité. La plateforme offre la possibilité de prendre une vidéo existante mais vous pouvez également poster une vidéo dédiée à votre chaîne. Il ne faut pas hésiter à ajouter un spot de 1-2 minutes pour inviter les internautes à s’abonner à votre chaîne. Les sections permettent d’avoir un premier aperçu des vidéos, playlists, et contenus disponibles sur la chaîne. Ajoutez/Supprimez vos sections pour faire en sorte de proposer une information attirante à un nouvel internaute.

Par la suite, voici une liste d’éléments importants à ne pas manquer pour vos vidéos :

1. Les titres

C’est la première chose que l’internaute voit lorsqu’il prend la décision de regarder une vidéo ou non, qu’il s’agisse d’un résultat de recherche via YouTube ou via votre réseau social. Il est important que le titre fonctionne bien mais qu’il attire aussi la bonne audience.
Un bon titre peut créer du suspense et inciter l’audience à regarder la vidéo jusqu’au bout. Il peut aussi augmenter le nombre de vues par un visiteur donné, en encourageant à regarder les autres épisodes de l’émission. Le titre doit être accrocheur avec une petite description permettant de présenter la vidéo. Il faut des mots attractifs personnalisant la vidéo. Des mises à jour régulières doivent être faites ainsi qu’une optimisation du catalogue pour que les anciennes vidéos aient toujours des vues.

Voici quelques points clés à retenir :

• Garder le titre court
• Ajouter des chiffres (Ex : Top 5 des meilleures tenues de l’année)
• Ajouter les mots-clés ciblés
• Utiliser des mots puissants de type << Extraordinaire >> (Ex : Meilleur, déroutant, fantastique, exceptionnel)
• Utiliser des mots qui déclenchent l’émotion. (Ex : Mystère, surprise, bouleversement)

Il est déconseillé d’écrire un titre ‘’artificiel’’ et qui n’a rien à voir avec le thème de la vidéo. L’utilisateur ne sera pas intéressé et ne cliquera pas dessus.
Vous avez environ 100 caractères dans le champ de votre titre dans YouTube, mais dans les recherches, l’internaute ne voit que les 50 à 60 premiers caractères. Mettez en tête les principaux mots-clés au début du titre.
Les majuscules et caractères spéciaux sont aussi importants puisqu’ils permettent d’éveiller l’attention de l’internaute. On peut aussi opter pour des flèches ou étoiles par exemple, à tester.

Exemple de titre optimisé :

2.  Pour une description optimisée  SEO

La description de la vidéo est primordiale car elle crée un univers sémantique (aide YouTube et Google à comprendre le sujet).
Avoir un texte d’au moins 250 mots avec le mot-clé placé dans les 25 premiers mots. Répéter ce mot-clé trois ou quatre fois.
Les 100 premiers mots de la description sont très importants pour provoquer l’intérêt de l’internaute car seules les deux premières phrases apparaissent dans les résultats de YouTube.

Exemple :

Dans la description :

  • Commencez par une description courte présentant la vidéo et insérer un lien vers le site. Possibilité d’énoncer le sommaire de la vidéo et les grandes étapes.
  • Insérez ensuite une longue description de la vidéo avec un lien vers la page du site où elle est publiée. (Ne pas hésitez à mettre des références).
  • Complétez la description en ajoutant l’ensemble des liens pertinents venant d’un blog, d’un site ou autre.
  • Demandez à aimer ou à partager la vidéo.
  • Remerciez l’internaute de l’avoir suivi pour son abonnement à la chaîne.

Pour bien être visible sur YouTube, il faut mettre du contenu de qualité, choisir les bons termes, c’est-à-dire les mots-clés, ce qui veut dire créer un univers sémantique (cela passe par la description de la vidéo).

N’oubliez pas d’autoriser l’ajout de commentaire, autoriser les internautes à évaluer vos vidéos, accepter que vos vidéos soient diffusées en interne et visibles sur tablettes et mobiles. Pour inciter les gens à revenir voir les vidéos et à en parler autour d’eux, le mieux est d’être réactif aux commentaires. Vous montrez que vous êtes bien présent et prenez en compte l’avis des internautes. Il faut penser à publier vos vidéos sur les réseaux sociaux et à les inclure dans les articles de vos blogs.

Mais il va de soi que bien d’autres éléments sont à travailler si vous souhaitez donner plus de visibilité à votre chaîne et vous démarquer face à des concurrents de plus en plus agressifs : les tags, les sous-titres, les playlists…

Ce sujet vous a intéressé ?

Si vous souhaitez améliorer la visibilité de votre chaîne YouTube, n’hésitez pas à contacter l’un de nos experts SEO !

 

Indexation mobile-first Google, ready ?

1 an 1/2 de tests plus tard, le déploiement de l’indexation mobile-first est prêt !

Et vous, êtes-vous prêts? Pour rappel, l’indexation mobile-first signifie que Google va désormais utiliser la version mobile d’un site plutôt que la version desktop pour l’indexation des pages web, logique puisque la majorité des recherches sont aujourd’hui effectuées sur mobile. Un impact certain sur le classement des pages dans les résultats de recherche du mastodonte du web car si vos pages mobile contiennent moins de contenu que la version desktop, votre site risque de perdre en référencement !

Précision de Google : « nous continuerons à n’avoir qu’un seul index pour déterminer les résultats de recherche. Nous n’avons pas un index mobile-first différent de notre index principal. Historiquement, la version desktop était utilisée pour l’indexation ; désormais, le contenu de la version mobile sera de plus en plus souvent utilisé pour l’indexation ».

Il est grand temps pour vous d’adapter votre site au mobile… sous peine d’être pénalisé par Google qui va indexer plus de sites en tenant compte de leurs versions mobiles et qui recommande vivement le respect des standards mobile-friendly de son moteur de recherche.

Votre site est-il adapté aux mobiles ? testez-le ici 

Quoiqu’il en soit, les webmasters seront avertis via la Search Console en cas d’activation de l’indexation mobile-first et pourront aussi constater une augmentation des explorations par le “Smartphone Googlebot”.

 

Si votre site web est responsive et que le contenu important et de qualité n’est pas masqué, vous ne devriez pas rencontrer de problèmes d’indexation.

Google rappelle « L’indexation mobile-first concerne la manière dont nous collectons le contenu, et non la manière dont le contenu est classé. Le contenu collecté par l’indexation en mobile-first n’a pas d’avantages par rapport au contenu mobile qui n’est pas encore collecté de cette manière ou sur le contenu pour ordinateur. De plus, si vous n’avez que du contenu pour ordinateur, vous continuerez à être représenté dans notre index ».

Le déploiement a commencé sur très peu de sites mais la transition va se faire très lentement et durant de longs mois.

Pas de panique donc mais de la vigilance et des bonnes pratiques à mettre en application !

 

Contactez nos experts SEO !

 

Nouvelle mise à jour Google Images ?

Souvenez-vous ! il y a un an, Google Images faisait chuter le trafic référent provenant du moteur de recherche d’images de Google à l’occasion d’une mise à jour. La catastrophe pour de nombreux sites de contenus et d’images !

A partir d’aujourd’hui et avec sa nouvelle mise à jour, un certain nombre de changements concrets sont à noter et à l’inverse de l’année dernière, ces changements devraient avoir un impact positif sur le volume de trafic redirigé de Google Images vers les sites internet disposant de visuels bien positionnés sur le moteur de recherche.

Changement 1 : les internautes ne pourront plus aussi simplement qu’avant consulter l’image seule en grand (et l’enregistrer) sans visiter la page web qui l’héberge.
Auparavant, lorsque l’on se rendait sur Google Images, il était possible de cliquer sur le bouton « voir l’image » pour avoir l’image seule. Google vient d’annoncer la suppression de ce bouton.
Les objectifs sont clairement de limiter le vol d’images et mettre davantage en avant le copyright. Ce changement est surtout le résultat du récent accord passé avec Getty Images, qui accusait Google de faciliter le vol d’images.
Google Images a conservé le bouton “Consulter” (anciennement « Consulter la page« ) qui redirige lui directement l’utilisateur vers la page web hébergeant l’image.

Changement 2 : Google Images affiche désormais juste en dessous de chaque image la mention « Les images peuvent être protégées par des droits d’auteur« .
Cette mention était jusqu’à présent à peine visible car ajoutée sous la section dédiée aux images similaires.

Ce changement peut être perçu comme une frustration pour les utilisateurs, mais c’est un « bon point »pour les sites qui obtiendront ainsi plus de trafic et pourront afficher plus de publicités.

Néanmoins, l’internaute aura toujours la possibilité, en faisant un clic droit, de cliquer sur :
Ouvrir l’image dans un nouvel onglet
Enregistrer sous…
Tant que Google ne désactive pas le clic droit dans son moteur de recherche d’images, le vol d’images sera donc toujours aussi facile, même après la suppression du bouton “Afficher l’image”.

 

A noter néanmoins ! une extension chrome nommée “View Image” permet de retrouver la fonctionnalité. En l’espace de quelques heures, plus de 21 000 personnes ont téléchargé l’extension.

Attention néanmoins, « View Image » fonctionne uniquement sur les résultats provenant de Google.com, sa version anglophone. En utilisant le moteur de recherche en version française, il faudra continuer de se rendre sur la page où se trouve l’image pour l’enregistrer.

 

Contactez notre expert SEO !