Articles

Capitaliser sur les données structurées en SEO, une bonne pratique ?

Si vous êtes positionné en tête des moteurs de recherche, c’est que vous avez très probablement bien travaillé votre SEO référencement naturel, en partie grâce à un contenu riche et de qualité.

Pour autant, avez-vous pensez aux données structurées pour pousser votre optimisation ? Focus sur cet outil SEO performant !

En quoi consiste les données structurées ?

Aussi appelées shéma de balisage ou “schema markup” ou “structured data”, les données structurées constituent un ensemble d’informations sous forme de code html (clés et valeurs), positionné dans l’entête du script d’une page web. 

Quelle est l’utilité des données structurées ?

Très utiles, les microdonnées permettent aux robots de mieux comprendre le contenu de la page (texte, visuel, vidéo) et de le faire remonter en extraits enrichis sur les moteurs de recherche lors d’une requête. Ces “rich snippets” comme on les appelle également, sont une aide au balisage de votre site internet car ils sont directement issus du balisage des données structurées !

A titre d’exemple, les “schema markup” peuvent relever sur un site e-commerce le nom d’un produit, son stock, son prix et même sa note s’il en possède une ! 

Les différents types de résultats enrichis

Grâce aux données structurées, vous pouvez choisir de faire apparaître un contenu que vous jugez particulièrement intéressant de différentes manières lors d’une requête :

  • Des fonctionnalités supplémentaires
  • Un carrousel de recettes de cuisine : parfait pour un blog culinaire et attirer de nouveaux visiteurs !
  • Des avis avec des étoiles : votre entreprise ou votre produit possède de bons retours ? Affichez-les clairement !
  • La FAQ : présentez aux plus grand nombre les questions les plus récurrentes et leurs réponses !
  • La vidéo : la encore, c’est un bon moyen de communiquer sur un produit, un service et même une recette !

Pourquoi utiliser les données structurées ?

En ajoutant des données structurées, vous augmentez vos chances de mieux référencer la page de votre site et de vous positionner d’une manière différenciante de vos concurrents qui n’utilisent pas cette technologie ! Votre contenu va également se positionner directement en haut des résultats de recherche, impactant directement votre taux de clic et visites !

Voici deux résultats que vous pouvez obtenir en tapant “framboisier recette” :

Ces deux recettes ont été mises en avant grâce aux schema markup :

  • La première en poussant un format vidéo, avec un titre accrocheur et des aperçus sur les étapes de pâtisserie
  • La seconde avec un visuel qui donne envie, un titre précis, le temps de confection et les notes.

 

Nous vous dirigiez-vous pas naturellement vers ces deux exemples plutôt que l’exemple suivant ?

donnees structurees seo

Les différents types de données structurées

On compte aujourd’hui trois principales sortes de données structurées : retrouvez les définitions ici wcommerce

  • RDF 
  • Micro data ou microdonnées 
  • JSON : le format le plus privilégié à ce jour par Google.

Les outils d’aide pour les données structurées

Il existe aujourd’hui des sites internet capable de vous aider à construire des données structurées tel que Technical SEO

De même, Google Developper est le site de référence pour les données structurées. La Search Console de Google vous permettra notamment de valider vos données une fois qu’elles sont intégrées sur le site internet, ou même d’être un outil de test pour votre script JSON.

Nos experts SEO vous accompagnent dans la mise et en place et le suivi de votre projet, contactez-les !

 

contact

Fakenews ? Non, Google Shopping ne devient pas gratuit !

Au détour des dizaines de brèves concernant la crise sanitaire & économique actuelle, vous avez peut être vu passer des articles concernant une nouveauté dans la politique tarifaire de Google, concernant sa plateforme Shopping.

De nombreux “médias” ont ainsi relayé cette information, qui laisse penser que le service, proposé aux annonceurs e-commerçants, deviendrait gratuit. Les experts Digitalkeys apportent quelques précisions bien utiles à ce sujet…

Google a-t’il vraiment annoncé la gratuité de Google Shopping ?

OUI / L’annonce qui a été faite concerne bien la plateforme Google Shopping.

OUI / Cette dernière s’adresse bien aux annonceurs qui utilisent les campagnes Shopping de la plateforme Google Ads. En revanche, cette nouvelle est loin d’être une révolution.

NON / En effet, Google a simplement annoncé que le trafic généré via l’onglet “Shopping” présent sur le moteur de recherche serait désormais gratuit :

 

Deejo sur Google Shopping

 

Traduction : seuls les clics issus de cet onglet vont devenir gratuits. La majorité du trafic, généré par la page de résultats de Google, reste payante:

Couteau personnalisé Google

 

Google a fait cette annonce en réponse à la crise actuelle du Coronavirus

Autre information erronée : Google a fait cette annonce en réponse aux difficultés des annonceurs du retail web, face à la crise du Coronavirus.

NON / Encore une fois, cette information est fausse étant donné que ce changement de politique chez Google avait été planifié avant l’arrivée de la crise. Par ailleurs, il faut rappeler que la plateforme Google Shopping s’adresse exclusivement aux annonceurs de la catégorie e-commerce. Aussi ces derniers font certainement partie de la catégorie d’entreprise les moins touchée par la crise actuelle (Que dire des restaurateurs, commerçants “non-essentiels” fermés durant 2 mois,  et autres lieux de culture,…)

Google rend gratuit un service qui a toujours été payant

Encore une fois, les rédacteurs ont probablement la mémoire affectée 😉 Il faut rappeler qu’à l’origine, Google proposait déjà la gratuité des clics générés via cet onglet. En effet, lors de l’annonce de “Google Product Search” (L’ancien nom de Google Shopping), le trafic généré via ces liens, était déjà gratuit !

Finalement, nous assistons simplement à un retour en arrière de Google, 8 ans après les évolutions menées sur son comparateur de prix. Aussi, compte-tenu des déboires que la firme a connu ces dernières années face à la Commission Européenne nous pourrions simplement nous interroger sur la réelle motivation de ce “cadeau” ?

Ne serait-ce pas simplement un moyen de répondre aux exigences de l’Europe, sans impacter trop durement les revenus générés par les campagnes Shopping ?

Vous avez des questions complémentaires ? Vous souhaitez profiter de ce “trafic gratuit”?  N’hésitez pas à solliciter nos experts du pôle SEA !

Comment rendre vos vidéos YouTube SEO friendly?

Le saviez-vous ?

YouTube est le deuxième moteur de recherche au monde avec 3 milliards de requêtes mensuelles. En 2016, le nombre de recherches sur YouTube est plus élevé que le nombre de recherches effectuées sur Yahoo et Bing réunis. YouTube atteint plus d’adultes de 18 à 35 ans que n’importe quelle chaîne de télévision classique.

Quelques chiffres clés qui montrent l’influence de YouTube au quotidien :

Statistiques de l’audience de YouTube en france en 2019, étude Médiamétrie. Crédit photo : Think With Google

Améliorer le SEO de vos vidéos YouTube, oui mais pourquoi?

Il est essentiel pour les marques de donner de la visibilité à leur chaîne YouTube sur les moteurs de recherche et cela passe bien entendu par une bonne connaissance des best practices. L’univers de la vidéo est devenu hautement concurrentiel, plus question de laisser les autres occuper les premières positions. Grâce à de nombreuses astuces, il est possible d’améliorer le référencement naturel de sa chaîne afin de permettre aux vidéos d’être plus visibles et consultées.

Alors, comment ?

Au moment de l’upload de la vidéo, vous aurez la possibilité de renseigner un grand nombre d’informations sur la vidéo en elle-même. Décrivez-là, le plus possible, placez des liens dans la description pour diffuser vos sources et inspirations.

Géolocaliser sa chaîne permet de faire comprendre à YouTube à quelle cible géographique vous vous adressez. En complétant ces données de géolocalisation (langue, pays…), vous aurez plus de chances d’apparaître dans les vidéos recommandées des internautes répondant aux mêmes critères géographiques que les autres.

Sur YouTube, la section “A propos” est parfaite pour pouvoir parler de son univers et de son activité, tout comme le sujet de la chaîne.

Vous avez aussi la possibilité d’associer la plateforme avec de nombreux sites tiers, notamment votre site personnel et site marchand. En créant cette association, vous pourrez montrer à YouTube que vous êtes vraiment présents partout.

Concernant la page de présentation YouTube, elle est primordiale pour attirer l’œil. C’est un signe de confiance si les photos de profil et de couverture sont de qualité. La plateforme offre la possibilité de prendre une vidéo existante mais vous pouvez également poster une vidéo dédiée à votre chaîne.

Il ne faut pas hésiter à ajouter un spot de 1-2 minutes pour inviter les internautes à s’abonner à votre chaîne. Les sections permettent d’avoir un premier aperçu des vidéos, playlists, et contenus disponibles sur la chaîne. Ajoutez/Supprimez vos sections pour faire en sorte de proposer une information attirante à un nouvel internaute.

 

Par la suite, voici une liste d’éléments importants à ne pas manquer pour vos vidéos :

 Les titres

C’est la première chose que l’internaute voit lorsqu’il prend la décision de regarder une vidéo ou non, qu’il s’agisse d’un résultat de recherche via YouTube ou via votre réseau social. Il est important que le titre fonctionne bien mais qu’il attire aussi la bonne audience.
Un bon titre peut créer du suspense et inciter l’audience à regarder la vidéo jusqu’au bout. Il peut aussi augmenter le nombre de vues par un visiteur donné, en encourageant à regarder les autres épisodes de l’émission. Le titre doit être accrocheur avec une petite description permettant de présenter la vidéo. Il faut des mots attractifs personnalisant la vidéo. Des mises à jour régulières doivent être faites ainsi qu’une optimisation du catalogue pour que les anciennes vidéos aient toujours des vues.

Voici quelques points clés à retenir :
• Garder le titre court
• Ajouter des chiffres (Ex : Top 5 des meilleures tenues de l’année)
• Ajouter les mots-clés ciblés
• Utiliser des mots puissants de type << Extraordinaire >> (Ex : Meilleur, déroutant, fantastique, exceptionnel)
• Utiliser des mots qui déclenchent l’émotion. (Ex : Mystère, surprise, bouleversement)
Il est déconseillé d’écrire un titre ‘’artificiel’’ et qui n’a rien à voir avec le thème de la vidéo. L’utilisateur ne sera pas intéressé et ne cliquera pas dessus.
Vous avez environ 100 caractères dans le champ de votre titre dans YouTube, mais dans les recherches, l’internaute ne voit que les 50 à 60 premiers caractères. Mettez en tête les principaux mots-clés au début du titre.
Les majuscules et caractères spéciaux sont aussi importants puisqu’ils permettent d’éveiller l’attention de l’internaute. On peut aussi opter pour des flèches ou étoiles par exemple, à tester.

Exemple de titre optimisé :

 Pour une description optimisée  SEO

La description de la vidéo est primordiale car elle crée un univers sémantique (aide YouTube et Google à comprendre le sujet).
Avoir un texte d’au moins 250 mots avec le mot-clé placé dans les 25 premiers mots. Répéter ce mot-clé trois ou quatre fois.
Les 100 premiers mots de la description sont très importants pour provoquer l’intérêt de l’internaute car seules les deux premières phrases apparaissent dans les résultats de YouTube.

Exemple :

Dans la description :

  • Commencez par une description courte présentant la vidéo et insérer un lien vers le site. Possibilité d’énoncer le sommaire de la vidéo et les grandes étapes.
  • Insérez ensuite une longue description de la vidéo avec un lien vers la page du site où elle est publiée. (Ne pas hésitez à mettre des références).
  • Complétez la description en ajoutant l’ensemble des liens pertinents venant d’un blog, d’un site ou autre.
  • Demandez à aimer ou à partager la vidéo.
  • Remerciez l’internaute de l’avoir suivi pour son abonnement à la chaîne.

Pour bien être visible sur YouTube, il faut mettre du contenu de qualité, choisir les bons termes, c’est-à-dire les mots-clés, ce qui veut dire créer un univers sémantique (cela passe par la description de la vidéo).
N’oubliez pas d’autoriser l’ajout de commentaire, autoriser les internautes à évaluer vos vidéos, accepter que vos vidéos soient diffusées en interne et visibles sur tablettes et mobiles. Pour inciter les gens à revenir voir les vidéos et à en parler autour d’eux, le mieux est d’être réactif aux commentaires.

Vous montrez que vous êtes bien présent et prenez en compte de l’avis des internautes. Il faut penser à publier vos vidéos sur les réseaux sociaux et à les inclure dans les articles de vos blogs.

Mais il va de soi que bien d’autres éléments sont à travailler si vous souhaitez donner plus de visibilité à votre chaîne et vous démarquer face à des concurrents de plus en plus agressifs : les tags, les sous-titres, les playlists…
Ce sujet vous a intéressé ? Vous souhaitez en savoir plus? Contactez-nous !

 

Nos experts SEA vous disent tout …

Objectif 2020 oblige, voilà quelques mois que Google fait évoluer sa plateforme publicitaire !

Des changements notables sont à prévoir, qui concernent principalement le pilotage des campagnes.

Les consultants et experts du SEA se basent essentiellement sur les KPI (Key Performance Indicator) disponibles dans l’interface Google Ads pour optimiser la diffusion et la performance des campagnes dont ils ont la charge. La liste de ces KPI est en train d’évoluer d’une manière qui affecte le fonctionnement général de la plateforme. Petit tour d’horizon !

Disparition de la position moyenne

Oui, la position moyenne a bel et bien disparue. Google juge en effet, et sans doute à juste titre, que le rang atteint au sein de la page de résultats est un critère qui ne devient éloquent qu’au regard du positionnement (haut de page, bas de page…) et que cette position diffère selon les appareils utilisés par les internautes (desktop/mobile/tablette).
Désormais, il faudra donc se baser sur d’autres statistiques pour optimiser son positionnement ! On vous explique lesquelles dans notre Livre Blanc

Les nouveaux KPI, remplaçants de la position moyenne

Afin de garder un œil sur la position des annonces de campagnes dans la page de résultats, Google a mis à disposition des annonceurs de nouveaux KPIs. Ceux-ci sont destinés à remplacer la position moyenne, tout en gommant ses points faibles.
Désormais, il faudra regarder le nombre, ou plus précisément, la part des impressions que les annonces Google Ads accumulent en haut de la page, ou tout en haut de la page de résultats :

L’expérience utilisateur

A ce chapitre, Google commence à communiquer sur des changements liés à son algorithme de notation des annonceurs : le Quality Score. A partir de 2020, Google va intégrer de nouveaux critères dans l’attribution de cette note, qui seront majoritairement liés à l’expérience utilisateur, à la sécurité, ou encore à l’optimisation de la navigation.

Pour vous simplifier la tâche, nos experts passent en revue les changements prévus pour les prochains mois !

Remplissez le formulaire ci-dessous, et téléchargez notre livre-blanc. Bonne lecture !

 

Votre agence est-elle Google Partner Premier ?

Google Partner, c’est quoi ?

Le programme Google Partner, lancé par Google en 2013, est associé à un badge de compétence. L’objectif est de distinguer le niveau d’expertise des agences capables de maîtriser la publicité sur le moteur de recherche. Il est associé dès 2016 à une autre certification, le badge Google Partner Premier : un Graal, réservé aux meilleurs experts SEA.
 
google partner
 

Comment accéder au badge Google Partner Premier ?

Cette certification est attribuée aux agences les plus compétitives et les plus investies. Elles doivent disposer d’une expertise particulièrement pointue. La certification Google Partner Premier constitue donc un statut d’exception mis en place par Google pour identifier les professionnels qui répondent le mieux à de nombreux critères de rentabilité, d’effectifs et de fidélisation.
Concernant le programme Google Partner, l’inscription se fait gratuitement, à titre individuel. Elle est ouverte à tout possesseur d’un compte Google. A contrario, l’inscription au programme « Premier », nécessite un minimum de deux experts affiliés à l’agence, devant être titulaires d’un certificat délivré par Google sur AdWords, Display, YouTube, Google Shopping et Analytics. Si les conditions sont remplies, les experts et l’agence dans sa globalité sont certifiés.
 

 
Chez Digitalkeys, agence certifiée Google Partner Premier, les experts SEA sont donc certifiés individuellement sur chacun des outils Google : adwords, réseau de recherche, display, YouTube, Google Ads pour mobile, Shopping et Google Analytics.

Choisir une agence Google Partner Premier, quels sont les bénéfices pour le client ?

  • Une qualité de service optimale : rien ne vaut des professionnels experts qui sauront partager et expliquer les actions choisies et mises en place ;
  • La possibilité d’accéder à des formats bêta et donc d’avoir une longueur d’avance sur les concurrents : une réelle opportunité de pouvoir tester les outils à la pointe du réseau Google ;
  • La garantie de voir ses investissements budgétaires optimisés avec un pilotage des campagnes très ROi’ste ;
  • La possibilité de recevoir des reporting et analyses sur-mesure, nos experts sont aussi certifiés Google Analytics.

 
Alors, votre agence est-elle Google Partner Premier?
Si vous cherchez une agence de référencement payant qui connait les outils Google sur le bout des doigts, contactez-nous, nos experts seront ravis de vous accompagner !
 

 
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter régulièrement notre blog et nos réseaux sociaux.
 

Stratégie Google Ads, chouchoutez votre ciblage

Établir sa stratégie audience-focused

A toute stratégie Google Ads le ciblage des audiences est essentiel. Les possibilités en la matière sont nombreuses, les potentiels aussi. Au cours des dernières années particulièrement, Google a diversifié la typologie des audiences disponibles : audiences événement de vie, audiences similaires, audiences d’affinité ou encore audiences personnalisées… La palette est si large qu’elle peut être difficile à appréhender. Or un ciblage fin sert de meilleures performances.
Mais dans les faits, une stratégie audience-focused c’est quoi ? Tout simplement une stratégie qui emploie la segmentation de données Google en fonction de démographies, intérêts ou comportement d’internautes pour définir les personas qui convertiront sur votre site.

Diffuser vos annonces sur les bonnes audiences

Première étape : comment définir correctement sa cible ? Comment discriminer les bonnes audiences qui convertiront effectivement parmi la large palette disponible ? Audiences visiteurs, similaires, in-market, d’affinité…
Commencez par rajouter l’ensemble de ces audiences sur vos campagnes Search et laissez tourner une période suffisante pour générer un volume important de conversions. Après la période de test, analysez bien vos audiences et regardez quelles sont celles qui ont bien converti.  Une fois que vous les avez bien identifiés, agissez en fonction de vos objectifs : augmenter le volume, améliorer le coût d’acquisition, etc.  Vous pouvez soit diffuser sur ces audiences-là (mais faites attention au volume), soit diffuser en priorité, ou bien les toucher uniquement avec un message personnalisé.
Ainsi, si vous cherchez plus de volume vous n’avez qu’à acheter des mots-clés plus génériques. Ces derniers un niveau au-dessus du champ sémantique sur lequel vous vous positionnez d’habitude. De ce fait, vous diffusez exclusivement sur ces audiences, qui sont rentables pour vous.

Capitaliser sur les audiences personnalisées ? Facebook sur Google Ads par exemple

Facebook offre une granularité au niveau du ciblage qui est beaucoup plus fine que celle de Google Ads.  Alors pourquoi ne pas profiter de ce ciblage affiné afin de recibler les personnes ayant interagi avec votre entreprise sur Facebook quand ils sont en train de faire une recherche intentionniste sur Google ?
On peut donc créer une campagne Facebook avec un ciblage précis et exploiter l’audience générée, sur Google Ads. Le parcours d’achat est complexe avec en moyenne 12 points de contact avant la conversion. Il faut être présent lorsqu’une audience qualifiée pour votre site est à la recherche de votre produit.

google ads

Tirer profit de nouvelles audiences lancées par Google : les audiences démographiques détaillées

Google a développé récemment, sur son interface, la catégorie concernant les données démographique. On a aujourd’hui le choix de segmenter en fonction du statut parental, état civil, occupation du logement, niveau d’éducation et emplois. Et tout cela est disponible sur Search ! Si vous connaissez bien votre cœur de cible alors vous savez exactement sur qui investir votre argent et donc arrêter de dépenser de l’argent sur des internautes qui ne convertiront jamais. Vous concentrez votre investissement sur ceux qui le feront. Si vous ne savez pas encore bien qui convertit sur votre site, en rajoutant ces audiences en observation sur vos campagnes, vous allez apprendre sur l’identité de vos clients. Des éléments qui sont non négligeable.
audience google

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos experts afin de profiter d’un audit gratuit. Ils sauront au mieux vous conseiller dans votre mise en place et dans votre stratégie.

Google : La position moyenne, c’est fini !

La chronique d’une mort annoncée, celle de la position moyenne

Ça y est ! Google a annoncé la suppression de la position moyenne pour septembre 2019. La statistique de référence concernant le positionnement de vos annonces par rapport aux annonces de vos concurrents va disparaître, mais pas de panique ! Google introduit à la place 4 nouvelles statistiques.

Pourquoi Google a-t-il décidé de remplacer la position moyenne ?

La position moyenne indique l’ordre d’affichage des annonces dans les résultats de recherche par rapport aux autres annonces. Cependant, elle ne prend pas en compte l’emplacement sur la page de résultats de recherche. Ainsi, une annonce avec une position moyenne « 1 » se traduit par une annonce affichée en premier, devant tous les autres annonceurs payants. Mais pas forcément au-dessus de résultats de recherche naturels…
Cette statistique étant imprécise, Google a décidé de la supprimer et de la remplacer par 4 nouveaux KPI. Cela afin de donner aux annonceurs des informations plus pertinentes par rapport à la diffusion et l’affichage de leurs annonces.
Ces nouveaux KPI sont d’ores et déjà sur la plateforme Google ADS depuis novembre 2018 et il est vivement recommandé de commencer à les utiliser dans vos reportings (et de commencer à enlever la statistique « position moyenne ».)

Quels sont ces nouveaux KPI ?

  • % impression (tout en haut) – le pourcentage de vos impressions diffusées en tant que toute première annonce au-dessus des résultats de recherche naturels.
  • % impression (haut) – le pourcentage de vos impressions diffusées n’importe où au-dessus des résultats de recherche naturels.
  • Taux d’impression en haut de page sur réseau de recherche – la part des impressions diffusées en haut de page au-dessous des résultats naturels par rapport au nombre estimé d’impressions que vous auriez pu enregistrer à cet emplacement
  • Taux d’impression en 1re position absolue sur réseau de recherche – la part des impressions diffusées en première position absolue au-dessus des résultats naturels par rapport au nombre estimé d’impressions que vous auriez pu enregistrer à cet emplacement.

Avec quelles conséquences ?

  1. La stratégie « Emplacement cible sur la page de recherche» va disparaître aussi. La bonne nouvelle est que vous allez toujours pouvoir influencer l’emplacement de vos annonces sur la page avec la nouvelle stratégie « Taux d’impressions cible » qui définit automatiquement les enchères. L’objectif est de diffuser vos annonces en première position absolue ou en haut de page sur la page de résultats de recherche. En plus, cette stratégie vous permet de déterminer le pourcentage souhaité pour l’emplacement désiré et de rajouter un CPC max, donc d’avoir plus de contrôle sur la campagne.
  2. Si la position moyenne disparaît, vos concurrents changeront de stratégie. Personne ne pourra plus optimiser sa position moyenne, donc tout le monde va commencer à viser le haut de page ou la position absolue en haut de page ce qui va probablement générer une hausse de CPC. Il va donc falloir anticiper !

Au revoir la position moyenne ! De notre côté, on se prépare pour septembre 2019, et vous ?  Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos experts et à profiter d’un audit gratuit. Ils sauront vous conseiller au mieux dans la mise en place de votre stratégie.

Le cross search, travailler les leviers SEA et SEO en complémentarité, pourquoi?

SEO + SEA

Amis ou ennemis ? la majorité des articles qui traitent de ce sujet n’indiquent que des oppositions. Dommage n’est-ce pas ?
Alors on a décidé d’écrire à propos de leur complémentarité, parce que chez Digitalkeys, nous sommes convaincus que le référencement doit être envisagé dans sa globalité pour plus d’efficacité !
On vous explique tout.

Pour les retardataires …

Effectivement, pour ceux qui ont loupé quelques étapes, voire quelques années dans le marketing et principalement dans le marketing digital, il est important de rappeler ce qu’est le référencement.
Son but fait référence à l’utilisation de toutes les pratiques mises en place par le marketing digital. Cela afin d’optimiser la visibilité des contenus sur les moteurs de recherche, et plus précisément sur ce cher Google.

contact

Le référencement est soit naturel soit payant. Aussi intitulé Search Engine Optimization (SEO = organique) et Search Engine Advertising (SEA = payant).
seo et sea
Le référencement naturel va permettre, grâce à des actions ciblées, d’optimiser un site pour le rendre visible pour les utilisateurs. Le trafic est donc régulier et sa position dans le temps est durable. Bien que son optimisation nécessite une expertise rigoureuse et de sérieuses connaissances dans le digital, il s’agit d’une technique optimale pour le contenu.
De plus, le fait de paraitre longtemps sur la première page de résultat dans les moteurs de recherche inspire la confiance et une certaine notoriété, elle renforce l’image de la page. Il reste par-dessus tout, une forte valeur ajoutée à une page dans le temps.
Le référencement payant lui, consiste en la création et l’optimisation de campagne publicitaire, elles aussi sur un moteur de recherche, mais payante. En effet, son immédiateté va permettre une augmentation du trafic considérable et une visibilité bien meilleure que pour les autres. De plus, sa flexibilité, permet de faire varier le budget en fonction du besoin et de la concurrence, et cela quotidiennement. La qualité requise afin d’obtenir un trafic qualifié est un bon paramétrage, grâce auquel, on va avoir une augmentation du taux de conversion. Cependant, tout est une question d’enchère, plus il y a de budget, et plus le lien sera haut dans la liste des annonces payantes.
Mettons-nous en tête que, bien qu’ils soient complémentaires, chaque levier et ses objectifs sont très différents. C’est pour cela qu’il faut réussir à mettre en place la meilleure stratégie possible.

Le fameux …

Sans surprise, le moteur de recherche Google reste le plus utilisé ! Sa plateforme Google Adwords, est une plateforme d’enchères, où les rémunérations des mots clés se font par CPM, CPC ou encore CPA. Celui-ci va, en fonction des demandes, analyser les fameuses pages et les classer parmi toutes celles qui traitent du même sujet. Le système d’enchères permet donc, à celui qui investi le plus, d’être tout en haut de la page. Pas simple donc, d’être toujours numéro 1 et les budgets peuvent parfois vite grimper ! Les experts sont là pour optimiser au mieux les campagnes afin de les rendre les plus performantes possible avec une vraie maîtrise des investissements.

Alors SEA + SEO = le duo de la rentabilité ?

Nous répondons un grand OUI à cette question. Sous réserve que la stratégie soit définie par des experts qualifiés et avec un suivi et une optimisation optimale. Mais il est évident qu’une vraie stratégie de marketing digitale nécessite les actions de ces deux leviers, main dans la main.
Le référencement naturel est un travail de longue haleine. Il faut au moins 6 mois pour être mis en place et commencer à donner des résultats. Alors, lancer des campagnes SEA dans un premier temps afin d’acquérir un trafic de manière immédiate, rapide et efficacement est une bonne solution. Il va permettre à un site, une page de se faire connaitre rapidement et de gagner en notoriété. L’attention qu’il va attirer va devoir se poursuivre grâce au SEO. Cela par un suivi sur la durée.
En effet puisque la page aura gagné en notoriété et en visibilité, il n’y aura plus qu’à continuer de la faire vivre sur le moteur. Sa notoriété évoluera toujours, son expertise se développera, mais son contenu sera d’autant plus qualitatif… le travail sera celui de l’accompagnement sur la durée, puisqu’on aura déjà acquis le plus gros du trafic.

Et qu’en est-il du duo SEO + SEA ?

Mais il est parfois bien plus stratégique de privilégier la mise en place d’une stratégie SEO avant même d’envisager de mettre du budget dans l’achat de liens payants. Le SEO va permettre d’installer la marque de façon pérenne et durable et de positionner les contenus efficacement. Le soutien payant dans ce cas peut être envisagé dans un second temps, l’objectif étant, rapidement, de pouvoir associer les 2 leviers afin de renforcer la performance des actions. Lors d’une recherche on pourra obtenir, grâce à une requête spécifique, le résultat d’une page référencée payante aisément.
De plus, le fait de pratiquer cette technique de référencement va permettre à un site internet d’obtenir de la visibilité, de la notoriété, et de ne pas se faire oublier par sa présence en SEA. Le résultat est donc double :

  • Un travail qui ne nécessite pas d’être activé lorsque le SEO est enfin acquis, mais qui peut être réalisé en amont
  • Une stratégie sur le long terme, puisque le SEO va permettre d’acquérir, et le SEA de poursuivre le travail entrepris.
  • Enfin pour ceux n’ayant pas le budget suffisant pour démarrer par du SEA, le SEO peut être une solution évolutive. Cela permet à la fois de rester visible, et d’investir plus tard tout en restant actif.

Leur objectif est donc bien commun : attirer du trafic, les moyens employés sont différents mais le but est le même. Il reste à prendre en compte, suivant les besoins, si la demande nécessite d’être réalisé rapidement ou sur la durée.
L’association des deux méthodes de référencement permet une stratégie efficace mais surtout rentable pour l’annonceur. Ce sont donc 2 canaux d’acquisition à la fois complémentaires et stratégiques.

contact

N’hésitez pas à contacter nos experts, SEO et SEA, si vous souhaitez améliorer la visibilité de votre site. Ils seront ravis de partager leur expertise avec vous!
Et bénéficiez d’un audit gratuit !

CPA, Google change son calcul !

Bien… maintenant que le titre un peu racoleur vous a amené ici, on peut rentrer dans le vif du sujet, et croyez-moi, il mérite que l’on s’y penche !

Le CPA est mort, vive le CPA !

Depuis quelques mois, Google a fait le choix de changer la façon dont il affiche le KPI, que de nombreux annonceurs “perf” suivent de près : la colonne “Coût/conv.” (en d’autres termes, le CPA)
Historiquement, ce KPI était tout simplement calculé en divisant le budget investi (la colonne “Coût”) par le nombre de conversions (la colonne “Conversions”).
Depuis quelques temps, Google a tout simplement changé cette méthode de calcul. En effet, il considère désormais que le coût utilisé pour calculer le ratio “Coût/conv.” ne devait prendre en compte, que les clics “susceptibles de générer une conversion”:
google-ads-cpa
Effectivement, si vous regarder attentivement les stats de vos campagnes, vous pouvez vous apercevoir que le ratio habituel peut ne plus être respecté :
google-ads-cpa-casse
Bien entendu, là où le bas blesse, c’est que le géant californien facture bien évidemment tous les clics, et pas seulement “Ceux susceptibles d’aboutir à une conversion”…
Google choisit de ne pas intégrer tous les coûts dans le calcul du CPA
contact

La grande question est donc: “Mais qu’est ce que Google considère comme étant une interaction qui n’est pas susceptible d’aboutir à une conversion ?
Aucun article d’aide ne précise quelle est la liste du type de clics que ce dernier intègre dans cette catégorie, mais un récent échange de l’équipe SEA de Digitalkeys et Digital & Co avec nos chargés de compte Google, a permis d’établir une liste:
retour-google-nouveau-cpa
Ainsi, nous pouvons donc lister les clics qui ne seront pas pris en compte pour le calcul du CPA “Google Ads” :

  • Les clics ayant eu lieu entre la création d’un tag de conversion, et la pose effective du tag.
  • Les clics sur des extensions d’annonces, qui ne redirigent pas sur le site de l’annonceur (Extension d’appel non-comptabilisés comme conversions, extensions de lieu,…)
  • Les clics qui ne sont “techniquement pas traçables”.

Dans cette dernière catégorie, les retours sont encore flous, en plus des utilisateurs qui bloquent délibérément les cookies, il faut ajouter les navigateurs de l’environnement Apple (Mac OS/iOS) sont concernés, lorsque le “Conversion Linker” n’est pas installé sur les pages du site.
contact

Et maintenant ? Que va t’il se passer?

En soit, ce changement impacte pour l’instant une part relative des conversions et des clics des campagnes Google Ads (Sauf cas particuliers d’annonceurs “Mac” ou “Mobile”, avec de clics importants sur les extensions d’annonces). Néanmoins il nous permet de nous interroger sur la suite que va donner Google à cette tendance de tracking relatif, parallèlement aux diverses annonces qui vont aboutir à un suivi “cookie” qui va être de plus en plus compliqué dans les prochains mois…
Cette étape marque-t-elle le début d’une tendance à faire remonter des données “extrapolées” ou “calculées”, plutôt que du tracking réel ? L’avenir, et notamment les annonces du Marketing Live 2019 (Du 13 au 15 Mai prochain) nous le diront 😉
Si vous souhaitez de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter nos experts SEA afin qu’ils puissent répondre au mieux à vos interrogations.

Un blog pour améliorer le positionnement de mon site ?

Mon blog peut-il réellement améliorer le positionnement de mon site ?

Comment un blog peut-il permettre d’apparaître parmi les premiers résultats dans les moteurs de recherche ?
Est-il nécessaire d’intégrer un blog dans sa stratégie de contenu ?
Faut-il vraiment prendre la plume (ou le clavier !) pour espérer exister sur le Web ?
… Autant de questions auxquelles nous allons répondre ci-dessous !

Un blog, pour quoi faire ?

 

Pour booster votre visibilité et votre notoriété !

Toute marque doit être présente sur le web si elle souhaite renforcer sa notoriété et attirer de nouveaux clients. Or, dans un contexte de plus en plus concurrentiel, il est toujours plus difficile de se faire entendre et le fait d’apparaitre en 1ère page de Google, où le taux de clic est le plus élevé, relève souvent de l’exploit. Si votre objectif est d’améliorer votre notoriété et d’obtenir la meilleure visibilité possible dans les résultats naturels des moteurs de recherches, vous devez mettre en place une stratégie de contenu, dont le blog est le format le plus courant, et un des points d’entrée majeurs sur votre site.

Pour échanger avec vos clients !

Contrairement au site Internet, dont la raison d’être est de présenter l’entreprise, ses valeurs et de mettre en avant ses produits via une stratégie descendante, le blog permet de communiquer directement avec ses clients de façon plus libre et moins formelle. Sur son blog, une entreprise ne tient pas un discours promotionnel, elle parle à ses clients, répond à leurs problématiques et leur offre la possibilité de réagir en donnant leur avis à travers des commentaires.

Pour gagner des leads et des nouveaux clients !

Un blog permet d’écrire à ses clients fidèles mais permet également attirer de nouveaux prospects ! En effet, la qualité de vos écrits vous permet de vous positionner en expert, vous devenez ainsi une marque référente dans votre domaine. Grâce aux boutons de partage sur les réseaux sociaux, vos articles circulent et leur portée est décuplée. Vous touchez ainsi une audience qualifiée plus large et gagnez des leads qui pour les meilleurs d’entre eux deviendront des clients !

Un blog, comment faire ?

 

Identifiez avec soin les sujets de vos articles !

Pour ce faire, travaillez votre sémantique : effectuez une recherche de mots clés  en adéquation avec votre activité, qui répondent aux questions de vos prospects et qui ne soient pas trop concurrentiels. Utilisez ensuite ces mots clés et leur champ lexical dans vos articles, et anglez vos communications autour de ces thématiques. Mais attention, un blog n’est pas une accumulation de mots clés ! La qualité prime toujours sur la quantité. Vous devez produire des contenus  riches, à forte valeur ajoutée, informatifs et engageants ! Choisissez dans la mesure du possible des sujets « evergreen », c’est à dire des sujets qui ne vieillissent pas. Ainsi, vos articles ne risqueront pas l’obsolescence. De même, vous ne pouvez pas écrire sur tous les sujets, alors concentrez-vous sur ceux que vous maîtrisez.

Créez des contenus qualitatifs, différenciants et informatifs !

Publiez régulièrement et nourrissez vos clients avec des contenus uniques et de qualité, et adaptés à leurs besoins. En créant vos  propres contenus sans passer par le truchement des médias classiques, votre marque choisit une ligne éditoriale et devient média. Elle assoie son identité, se raconte et crée une relation de confiance avec ses clients en leur offrant une véritable expérience utilisateur, différente de celle que peuvent offrir ses concurrents.

Apportez les optimisations techniques nécessaires pour une indexation optimale !

 

Ecrivez pour les humains mais aussi pour les robots grâce à un SEO maîtrisé !

Vous donnerez ainsi à vos articles toutes les chances d’être bien positionnés dans le SERP – « search engine result page » ou page de résultats des moteurs de recherche. Et pour continuer de plaire à Google, n’oubliez pas de considérer les mises à jour de ses algorithmes !

? « Le contenu est ROI» et « Le blog est prince » 

Le blog est un des leviers de succès les plus efficaces, car il permet d’assurer le trafic vers votre site et génère des leads qualifiés.
On ne peut plus s’en passer, cependant, construire un blog de qualité demande du temps, des compétences et de la patience.
C’est une stratégie sur le long terme, mais le retour sur investissement est réel : l’intégration d’un blog à votre site internet est en effet une réelle valeur ajoutée pour vos clients, vos prospects et pour vous !  Et vous, qu’en pensez-vous ?

Si vous êtes prêts à vous lancer, contactez-nous pour avoir plus d’infos !