Articles

Stratégie Google Ads, chouchoutez votre ciblage

Introduction

Le ciblage des audiences est devenu un sujet important dans la stratégie Google Ads. On a de plus en plus de choix quand il s’agit de cibler les internautes susceptibles de convertir. Au cours de dernières années, Google a diversifié la typologie des audiences disponibles : audiences évènement de vie, audiences similaires, audiences d’affinité ou audiences personnalisées. La palette est tellement grande qu’il peut être difficile de se repérer.

Dans cet article, nous allons parler de stratégies avancées et centrées sur les audiences qui vont vous permettre d’affiner le ciblage de votre compte Google Ads. Cela dans le but d’avoir de meilleures performances.

Mais avant cela, qu’est-ce qu’une stratégie audience-focused ?

C’est une stratégie qui utilise la segmentation de données Google en fonction de démographies, intérêts ou comportement des internautes pour trouver les bons personas qui convertiront sur votre site.

contact

Diffuser vos annonces sur les bonnes audiences

Comment trouver les bonnes audiences qui vont convertir parmi la large palette disponible : audiences visiteurs, similaires, in-market, d’affinité ?

Commencez par rajouter toutes ces audiences sur vos campagnes Search et laissez tourner une période suffisante pour générer un volume important de conversions. Après la période de test, analysez bien vos audiences et regardez quelles sont celles qui ont bien converti.  Une fois que vous les avez bien identifiés, agissez en fonction de vos objectifs : augmenter le volume, améliorer le coût d’acquisition, etc.  Vous pouvez soit diffuser sur ces audiences-là (mais faites attention au volume), soit diffuser en priorité, ou bien les toucher uniquement avec un message personnalisé.

Ainsi, si vous cherchez plus de volume vous n’avez qu’à acheter des mots-clés plus génériques. Ces derniers un niveau au-dessus du champ sémantique sur lequel vous vous positionnez d’habitude. De ce fait, vous diffusez exclusivement sur ces audiences, qui sont rentables pour vous.

*Capitaliser sur les audiences personnalisées ? Facebook sur Google Ads par exemple

Facebook offre une granularité au niveau du ciblage qui est beaucoup plus fine que celle de Google Ads.  Alors pourquoi ne pas profiter de ce ciblage affiné afin de recibler les personnes ayant interagi avec votre entreprise sur Facebook quand ils sont en train de faire une recherche intentionniste sur Google ?

On peut donc créer une campagne Facebook avec un ciblage précis et exploiter l’audience générée, sur Google Ads. Le parcours d’achat est complexe avec en moyenne 12 points de contact avant la conversion. Il faut être présent lorsqu’une audience qualifiée pour votre site est à la recherche de votre produit.

google ads

*Tirer profit de nouvelles audiences lancées par Google : les audiences démographiques détaillées

Google a développé récemment, sur son interface, la catégorie concernant les données démographique. On a aujourd’hui le choix de segmenter en fonction du statut parental, état civil, occupation du logement, niveau d’éducation et emplois. Et tout cela est disponible sur Search ! Si vous connaissez bien votre cœur de cible alors vous savez exactement sur qui investir votre argent et donc arrêter de dépenser de l’argent sur des internautes qui ne convertiront jamais. Vous concentrez votre investissement sur ceux qui le feront. Si vous ne savez pas encore bien qui convertit sur votre site, en rajoutant ces audiences en observation sur vos campagnes, vous allez apprendre sur l’identité de vos clients. Des éléments qui sont non négligeable.

audience google

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos experts afin de profiter d’un audit gratuit. Ils sauront au mieux vous conseiller dans votre mise en place et dans votre stratégie.

Google : La position moyenne, c’est fini !

La chronique d’une mort annoncée : la position moyenne

Ça y est ! Google a annoncé la suppression de la position moyenne pour septembre 2019. La statistique de référence concernant le positionnement de vos annonces par rapport aux annonces de vos concurrents va disparaitre bientôt mais pas de panique : si la position moyenne disparait, Google introduit 4 nouvelles statistiques à la place.

Pourquoi Google a-t-il décidé de remplacer la position moyenne ?

La position moyenne indique l’ordre d’affichage des annonces dans les résultats de recherche par rapport aux autres annonces. Cependant, elle ne prend pas en compte l’emplacement sur la page de résultats de recherche. Ainsi, une annonce avec une position moyenne « 1 » se traduit par une annonce affichée en premier, devant tous les autres annonceurs payants. Mais pas forcément au-dessus de résultats de recherche naturels…

Cette statistique étant imprécise, Google a décidé de la supprimer et de la remplacer avec 4 nouveaux KPI. Cela afin de donner aux annonceurs des informations plus pertinentes par rapport à la diffusion et l’affichage de leurs annonces.

Ces nouveaux KPI sont d’ores et déjà sur la plateforme Google ADS depuis novembre 2018 et il est vivement recommandé de commencer à les utiliser dans vos reportings (et de commencer à enlever la statistique « position moyenne ».)

contact

Quels sont ces nouveaux KPI ?

  • % impression (tout en haut) – le pourcentage de vos impressions diffusées en tant que toute première annonce au-dessus des résultats de recherche naturels.
  • % impression (haut) – le pourcentage de vos impressions diffusées n’importe où au-dessus des résultats de recherche naturels.
  • Taux d’impression en haut de page sur réseau de recherche – la part des impressions diffusées en haut de page au-dessous des résultats naturels par rapport au nombre estimé d’impressions que vous auriez pu enregistrer à cet emplacement
  • Taux d’impression en 1re position absolue sur réseau de recherche – la part des impressions diffusées en première position absolue au-dessus des résultats naturels par rapport au nombre estimé d’impressions que vous auriez pu enregistrer à cet emplacement

Avec quelles conséquences ?

  1. La stratégie « Emplacement cible sur la page de recherche» va disparaître aussi. La bonne nouvelle est que vous allez toujours pouvoir influencer l’emplacement de vos annonces sur la page avec la nouvelle stratégie « Taux d’impressions cible » qui définit automatiquement les enchères. L’objectif est de diffuser vos annonces en première position absolue ou en haut de page sur la page de résultats de recherche. En plus, cette stratégie vous permet de déterminer le pourcentage souhaité pour l’emplacement désiré et de rajouter un CPC max, donc d’avoir plus de contrôle sur la campagne.
  2. Si la position moyenne disparait, vos concurrents changeront de stratégie. Personne ne pourra plus optimiser sa position moyenne, donc tout le monde va commencer à viser le haut de page ou la position absolue en haut de page ce qui va probablement générer une hausse de CPC. C’est pour ça qu’il faut bien se préparer avant septembre 2019 et adapter sa stratégie aux changements de Google.

 

contact

 

Au revoir la position moyenne ! De notre côté, on se prépare pour septembre 2019, et vous ?  Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos experts et de profiter d’un audit gratuit. Ils sauront au mieux vous conseiller dans votre mise en place et dans votre stratégie.

SEA + SEO = 👍

SEO + SEA

Amis ou ennemis ? la majorité des articles qui traitent de ce sujet n’indiquent que des oppositions. Dommage n’est-ce pas ?

Alors on a décidé d’écrire à propos de leur complémentarité, parce que chez Digitalkeys, nous sommes convaincus que le référencement doit être envisagé dans sa globalité pour plus d’efficacité !

On vous explique tout.

Pour les retardataires …

Effectivement, pour ceux qui ont loupé quelques étapes, voire quelques années dans le marketing et principalement dans le marketing digital, il est important de rappeler ce qu’est le référencement.

Son but fait référence à l’utilisation de toutes les pratiques mises en place par le marketing digital. Cela afin d’optimiser la visibilité des contenus sur les moteurs de recherche, et plus précisemment sur ce cher Google.

 

contact

 

Le référencement est soit naturel soit payant. Aussi intitulé Search Engine Optimization (SEO = organique) et Search Engine Advertising (SEA = payant).

seo et sea

Le référencement naturel va permettre, grâce à des actions ciblées, d’optimiser un site pour le rendre visible pour les utilisateurs. Le trafic est donc régulier et sa position dans le temps est durable. Bien que son optimisation nécessite une expertise rigoureuse et de sérieuses connaissances dans le digital, il s’agit d’une technique optimale pour le contenu.

De plus, le fait de paraitre longtemps sur la première page de résultat dans les moteurs de recherche inspire la confiance et une certaine notoriété, elle renforce l’image de la page. Il reste par-dessus tout, une forte valeur ajoutée à une page dans le temps.

Le référencement payant lui, consiste en la création et l’optimisation de campagne publicitaire, elles aussi sur un moteur de recherche, mais payante. En effet, son immédiateté va permettre une augmentation du trafic considérable et une visibilité bien meilleure que pour les autres. De plus, sa flexibilité, permet de faire varier le budget en fonction du besoin et de la concurrence, et cela quotidiennement. La qualité requise afin d’obtenir un trafic qualifié est un bon paramétrage, grâce auquel, on va avoir une augmentation du taux de conversion. Cependant, tout est une question d’enchère, plus il y a de budget, et plus le lien sera haut dans la liste des annonces payantes.

Mettons-nous en tête que, bien qu’ils soient complémentaires, chaque levier et ses objectifs sont très différents. C’est pour cela qu’il faut réussir à mettre en place la meilleure stratégie possible.

Le fameux …

Sans surprise, le moteur de recherche Google reste le plus utilisé ! Sa plateforme Google Adwords, est une plateforme d’enchères, ou les rémunérations des mots clés se font par CPM, CPC ou encore CPA. Celui-ci va, en fonction des demandes, analyser les fameuses pages et les classer parmi toutes celles qui traitent du même sujet. Le système d’enchères permet donc, à celui qui investi le plus, d’être tout en haut de la page. Pas simple donc, d’être toujours numéro 1 et les budgets peuvent parfois vite grimper ! Les experts sont là pour optimiser au mieux les campagnes afin de les rendre les plus performantes possible avec une vraie maîtrise des investissements.

 

 

 

Alors SEA + SEO = le duo de la rentabilité ?

Nous répondons un grand OUI à cette question. Sous réserve que la stratégie soit définie par des experts qualifiés et avec un suivi et une optimisation optimale. Mais il est évident qu’une vraie stratégie de marketing digitale nécessite les actions de ces deux leviers, main dans la main.

Le référencement naturel est un travail de longue haleine. Il faut au moins 6 mois pour être mis en place et commencer à donner des résultats. Alors, lancer des campagnes SEA dans un premier temps afin d’acquérir un trafic de manière immédiate, rapide et efficacement est une bonne solution. Il va permettre à un site, une page de se faire connaitre rapidement et de gagner en notoriété. L’attention qu’il va attirer va devoir se poursuivre grâce au SEO. Cela par un suivi sur la durée.

En effet puisque la page aura gagné en notoriété et en visibilité, il n’y aura plus qu’à continuer de la faire vivre sur le moteur. Sa notoriété évoluera toujours, son expertise se développera, mais son contenu sera d’autant plus qualitatif… le travail sera celui de l’accompagnement sur la durée, puisqu’on aura déjà acquis le plus gros du trafic.

Et qu’en est-il du duo SEO + SEA ?

Mais il est parfois bien plus stratégique de privilégier la mise en place d’une stratégie SEO avant même d’envisager de mettre du budget dans l’achat de liens payants. Le SEO va permettre d’installer la marque de façon pérenne et durable et de positionner les contenus efficacement. Le soutien payant dans ce cas peut être envisagé dans un second temps, l’objectif étant, rapidement, de pouvoir associer les 2 leviers afin de renforcer la performance des actions. Lors d’une recherche on pourra obtenir, grâce à une requête spécifique, le résultat d’une page référencée payante aisément.

De plus, le fait de pratiquer cette technique de référencement va permettre à un site internet d’obtenir de la visibilité, de la notoriété, et de ne pas se faire oublier par sa présence en SEA. Le résultat est donc double :

  • Un travail qui ne nécessite pas d’être activé lorsque le SEO est enfin acquis, mais qui peut être réalisé en amont
  • Une stratégie sur le long terme, puisque le SEO va permettre d’acquérir, et le SEA de poursuivre le travail entrepris.
  • Enfin pour ceux n’ayant pas le budget suffisant pour démarrer par du SEA, le SEO peut être une solution évolutive. Cela permet à la fois de rester visible, et d’investir plus tard tout en restant actif.

 

Leur objectif est donc bien commun : attirer du trafic, les moyens employés sont différents mais le but est le même. Il reste à prendre en compte, suivant les besoins, si la demande nécessite d’être réalisé rapidement ou sur la durée.

L’association des deux méthodes de référencement permet une stratégie efficace mais surtout rentable pour l’annonceur. Ce sont donc 2 canaux d’acquisition à la fois complémentaires et stratégiques.

 

contact

 

N’hésitez pas à contacter nos experts, SEO et SEA, si vous souhaitez améliorer la visibilité de votre site. Ils seront ravis de partager leur expertise avec vous!

Et bénéficiez d’un audit gratuit !

 

CPA, Google change son calcul !

Bien… maintenant que le titre un peu racoleur vous a amené ici, on peut rentrer dans le vif du sujet, et croyez-moi, il mérite que l’on s’y penche !

Le CPA est mort, vive le CPA !

Depuis quelques mois, Google a fait le choix de changer la façon dont il affiche le KPI, que de nombreux annonceurs “perf” suivent de près : la colonne “Coût/conv.” (en d’autres termes, le CPA)

Historiquement, ce KPI était tout simplement calculé en divisant le budget investi (la colonne “Coût”) par le nombre de conversions (la colonne “Conversions”).

Depuis quelques temps, Google a tout simplement changé cette méthode de calcul. En effet, il considère désormais que le coût utilisé pour calculer le ratio “Coût/conv.” ne devait prendre en compte, que les clics “susceptibles de générer une conversion”:

google-ads-cpa

Effectivement, si vous regarder attentivement les stats de vos campagnes, vous pouvez vous apercevoir que le ratio habituel peut ne plus être respecté :

google-ads-cpa-casse

Bien entendu, là où le bas blesse, c’est que le géant californien facture bien évidemment tous les clics, et pas seulement “Ceux susceptibles d’aboutir à une conversion”…

Google choisit de ne pas intégrer tous les coûts dans le calcul du CPA

contact

 

La grande question est donc: “Mais qu’est ce que Google considère comme étant une interaction qui n’est pas susceptible d’aboutir à une conversion ?

Aucun article d’aide ne précise quelle est la liste du type de clics que ce dernier intègre dans cette catégorie, mais un récent échange de l’équipe SEA de Digitalkeys et Digital & Co avec nos chargés de compte Google, a permis d’établir une liste:

retour-google-nouveau-cpa

Ainsi, nous pouvons donc lister les clics qui ne seront pas pris en compte pour le calcul du CPA “Google Ads” :

  • Les clics ayant eu lieu entre la création d’un tag de conversion, et la pose effective du tag.
  • Les clics sur des extensions d’annonces, qui ne redirigent pas sur le site de l’annonceur (Extension d’appel non-comptabilisés comme conversions, extensions de lieu,…)
  • Les clics qui ne sont “techniquement pas traçables”.

Dans cette dernière catégorie, les retours sont encore flous, en plus des utilisateurs qui bloquent délibérément les cookies, il faut ajouter les navigateurs de l’environnement Apple (Mac OS/iOS) sont concernés, lorsque le “Conversion Linker” n’est pas installé sur les pages du site.

contact

Et maintenant ? Que va t’il se passer?

En soit, ce changement impacte pour l’instant une part relative des conversions et des clics des campagnes Google Ads (Sauf cas particuliers d’annonceurs “Mac” ou “Mobile”, avec de clics importants sur les extensions d’annonces). Néanmoins il nous permet de nous interroger sur la suite que va donner Google à cette tendance de tracking relatif, parallèlement aux diverses annonces qui vont aboutir à un suivi “cookie” qui va être de plus en plus compliqué dans les prochains mois…

Cette étape marque-t-elle le début d’une tendance à faire remonter des données “extrapolées” ou “calculées”, plutôt que du tracking réel ? L’avenir, et notamment les annonces du Marketing Live 2019 (Du 13 au 15 Mai prochain) nous le diront 😉

Si vous souhaitez de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter nos experts SEA afin qu’ils puissent répondre au mieux à vos interrogations.

Le jour où j’ai décidé de faire appel à une agence de marketing digital

Ou 9 bonnes raisons d’externaliser son marketing digital

Dans le cadre d’une campagne de communication digitale ou d’une stratégie de vente et de croissance, une entreprise peut être amenée à faire appel à une agence de marketing digital.

D’autres entreprises font plutôt le choix d’internaliser ces tâches. Le choix n’est pas toujours aisé, pourtant la question est cruciale.

 

Nous avons donné la parole à l’un de nos clients, et lui avons demandé de présenter son expérience.

Voici Maxime, il a 34 ans et vient de créer sa boîte de services à la personne avec Pauline, son associée. Suite à une importante levée de fonds, son objectif numéro 1, c’est la rentabilité !

Tout d’abord assez circonspect à l’idée de passer par une agence, il s’est aperçu finalement qu’il s’en était fait une fausse idée.

 

Maxime nous présente ci-dessous les raisons pour lesquelles il a décidé d’externaliser son marketing digital

 

1⃣ Nous voulons être présents et visibles sur le web !

Notre startup vient d’être lancée, personne ne nous attend et la concurrence est rude. Nous devons faire preuve d’ingéniosité pour nous faire connaître, booster notre notoriété et notre visibilité. C’est la condition sine qua none pour pouvoir développer le trafic sur notre site, et développer notre business. Aujourd’hui, le digital est incontournable : je veux donc mettre en place une stratégie webmarketing globale pour exploiter au mieux tous les atouts du web. Avec mon associée Pauline, nous avons demandé le soutien d’une agence pour nous accompagner depuis la création de notre site jusqu’à la mise en place de notre stratégie à la conversion des leads en clients fidèles.

 

2⃣ Nous n’avons pas les connaissances techniques !

On ne peut pas être expert en tout. Ça, il m’a fallut un peu de temps pour le comprendre?. J’ai pour ma part, une formation de manager et je suis entrepreneur. Mon ambition est de créer un business pérenne et innovant. Avec mon associée, nous avons constitué autour de nous une équipe solide et compétente, et avons recruté un Responsable IT, une Responsable new business et une Social media Manager. Notre équipe est unie et coordonnée, cependant, dans une startup, tout est à faire. Pendant un temps, nous avons pensé que cela suffirait, mais c’était nier tous les autres leviers (SEO et SEA, Analytics, Webinfluence…). Ne pouvant embaucher pour constituer une équipe digitale en interne (nous n’avions pas le budget), nous avons fait le choix d’externaliser notre marketing digital. Une agence de confiance nous a été conseillée. Aujourd’hui, nous sommes satisfaits de notre choix, car notre agence nous soutient, comprend nos problématiques, et nous porte dans notre développement.

 

3⃣ Nous n’avons pas le temps de faire une veille approfondie des évolutions du Web !

Les technologies et les outils évoluent très vite. Or, il est vraiment essentiel de rester à la page pour ne pas se laisser devancer par ses concurrents. Notre agence effectue pour nous une veille permanente  360. Elle nous tient informés des principales évolutions technologiques et des nouvelles tendances. C’est un véritable soulagement de pouvoir nous ‘reposer’ sur elle. J’apprécie particulièrement le fait qu’elle nous explique, simplement et de façon accessible, les changements qui auront un impact sur notre business. C’est un véritable gain de temps et d’efficacité.

 

4⃣ Nous pouvons mieux nous concentrer sur notre cœur de métier et y a du boulot !

Nous n’avions ni le temps ni le budget de lancer une campagne de recrutement, c’est la principale raison pour laquelle nous avons fait appel à une agence d’experts. Nous avons découvert ensuite un autre avantage au fait d’externaliser notre marketing digital : nous avons pu libérer du temps à nos collaborateurs en interne, et ainsi, nous recentrer sur notre cœur de métier, à savoir le service à la personne. Nous sommes tous plus efficaces et nous avons l’esprit tranquille car notre agence dispose des ressources et de l’expertise nécessaires à l’accomplissement de nos objectifs.

 

5⃣ Nous avons des objectifs de croissance rapide !

Quand une startup fait une levée de fonds, elle a des objectifs de rentabilité rapide. Notre principal enjeu, c’est la croissance. Pour accélérer notre développement, nous devons acquérir rapidement du trafic, recruter plus de leads et les convertir en clients fidèles. Le growth marketing, ça ne s’improvise pas. Nous avons besoin d’un accompagnement solide sur le long terme, qui soit capable de nous porter de mois en mois dans notre démarche de croissance.

 

6⃣ Nous avons besoin d’un regard neuf !

Lorsque l’on est entrepreneur, notre boîte, c’est notre bébé. On a parfois du mal à faire confiance, et surtout, il nous arrive de manquer d’objectivité et de hauteur de vue. On est très investi dans la réussite de notre projet qui réclame 100% d’engagement. Une agence expérimentée peut nous apporter sa vision des choses. Elle a traité de nombreux cas de figures similaires avec d’autres annonceurs, et peut donc poser un regard objectif et sans affect sur notre projet. Nous sommes en demande de retours et de regards neufs. Il nous faut des contradicteurs et nous avons besoin de conseils avisés. C’est comme cela que l’on avance, que l’on découvre de nouvelles perspectives

 

7⃣ Nous avons besoin d’un accompagnement personnalisé !

Si nous faisons appel à une agence marketing digital, c’est pour recevoir l’aide d’experts pour les réalisations techniques. Mais c’est aussi pour pouvoir bénéficier d’une prestation sur-mesure. Les recettes universelles ne sont jamais efficaces. Nous avons besoin d’un accompagnement humain et personnalisé, qui nous aide à définir la meilleure stratégie, ainsi que les leviers les plus pertinents et les mieux adaptés à notre situation. Nous voulons des recommandations ad hoc. De même, un simple chiffre ne suffit pas, nous avons besoin d’explications : pourquoi et comment avons-nous obtenu tel ou tel résultat ? L’agence qui nous suit nous fournit par exemple, à chaque fois que cela est nécessaire, un Google Data Studio et cela nous rassure. Nous pouvons aussi contacter directement la personne en charge de notre SEO et cela nous fait gagner beaucoup de temps, la chaîne de décisions est très rapide. Sans compter le fait que mon agence s’entoure de partenaires certifiés, cela me donne accès à des outils

 

8⃣ Si j’investi 1€, combien cela va t’il me rapporter?

En tant que patron de startup, ayant levé des fonds, je suis très à cheval sur les résultats : chaque euro investi doit générer des résultats ! De facto, nous avons une vision très ROIste des choses. Afin de pouvoir rendre des comptes à nos investisseurs, nous devons mesurer la rentabilité de toutes nos actions au travers d’indicateurs clés ou KPIs et fournir des données chiffrées suite aux diverses campagnes mises en place. Ce que l’agence peut nous apporter sans problème, tant il est dans son ADN de mesurer les résultats. Nous avons fixé un ROI et l’agence a pour objectif de piloter l’ensemble des leviers en respectant ce ROI, voire en l’optimisant. Pour eux, c’est plus simple puisqu’ils ont plus de liberté dans les moyens à mettre en oeuvre, et moi, je suis rassuré puisque je sais que la rentabilité sera là!

 

9⃣ Nous voulons maîtriser nos dépenses !

Quand on externalise ses activités de marketing digital, on peut réduire ses coûts liés au personnel, en particulier quand on est une TPE ou une PME. Le rôle d’une agence est de nous accompagner de A à Z jusqu’à la fourniture et l’analyse des résultats, notamment au moyen de divers outils (souvent payants). C’est grâce à cette analyse en profondeur des résultats que l’on peut, le cas échéant, réorienter sa stratégie, et revoir la pertinence de nos actions, point par point : chaque euro dépensé doit être dépensé intelligemment.

J’ai ainsi l’assurance de mieux maîtriser mon budget et de mieux gérer mes dépenses, en transmettant lors de nos campagnes, le bon message aux bonnes personnes.

 

Comme Maxime, faites appel à nos experts !

Nous piloterons tous les leviers nécessaires à l’accomplissement de vos objectifs de croissance et vous accompagnerons, avec un suivi personnalisé, de la définition de votre stratégie à la mise en place des réalisations techniques, jusqu’au suivi de vos KPIs. Profitez d’un audit gratuit !

 

Google Analytics, et si vous faisiez parler les chiffres ?

Google Analytics, un outil de mesure

Depuis plusieurs années, le référencement d’un site internet, référencement naturel SEO ou référencement payant SEA, est devenu un axe à ne pas négliger pour les entreprises.

En effet, le référencement permet d’améliorer le trafic vers les pages d’un site. Grâce aux mots-clés, les internautes trouvent plus facilement le produit ou le service recherché. Cependant, si votre site a un faible taux de conversion, le trafic n’a aucune utilité et vos efforts seront vains.

Il est donc primordial d’utiliser un outil de mesure comme Google Analytics pour suivre, analyser et mesurer vos actions marketing.

Google Analytics, un outil performant pour vos campagnes web

Il fait partie des solutions professionnelles d’analyse d’audience Internet gratuites qui fournissent des indications précieuses sur la fréquentation d’un site internet, de son efficacité d’un point de vue marketing. Avec les outils présents sur la plateforme vous aurez des informations sur votre audience, l’âge des visiteurs, leur position géographique et les appareils utilisés pour se connecter.

Pour attirer l’internaute et provoquer l’acte d’achat plusieurs paramètres entrent en ligne de compte.

Pour qu’un site web fonctionne bien et que les internautes s’y intéressent, il faut pouvoir y accéder facilement, que l’environnement graphique soit attrayant, que les contenus soient bien ciblés et divers, et que le site corresponde aux attentes des consommateurs.

Google Analytics apporte donc des réponses aux multiples interrogations des webmasters et experts du ecommerce. En effet ces derniers auront des données chiffrées sur la fréquentation réelle de leur site.

 

Google Analytics vous permet de mieux gérer vos campagnes :

  • Ecrire des annonces mieux ciblées.
  • Permettre le développement de projets marketing.
  • Développer des sites web qui génèrent des conversions.
  • Accroître le retour sur investissement, les conversions et augmenter les revenus sur internet.

 

Ordinateur affichant des statistiques de conversion de trafic

 

Quelques indicateurs de performance (KPI) qu’il faut suivre !

Google Analytics fournit un nombre important de données chiffrées. En fonction de vos objectifs business, il est essentiel de bien identifier celles qui sont les plus pertinentes à suivre et à analyser pour mieux comprendre votre audience (son comportement, les moyens d’acquisition et les types de conversion) et piloter vos campagnes digitales.

Nous en avons sélectionné 7 qui sont essentielles pour un premier niveau de lecture.

  • Nombre de pages

Disponible dans Audience > Vue d’ensemble

Il fait référence à toutes les pages vues au total sur une période donnée. Il est donc différent du “nombre de pages vues par visites” qui vous renseigne sur l’intérêt des visiteurs pour une ou plusieurs pages.

  • Taux de rebond et pages/session

Disponible dans Audience > Vue d’ensemble

Le taux de rebond fait référence au % de visites d’une seule page (le consommateur consulte juste une page puis quitte le site). Un taux de rebond de 50 % signifie qu’une visite sur deux ne comprend qu’une page vue (la page d’arrivée). Attention, ce KPI est important mais il est nécessaire de l’analyser avec prudence, la valeur d’un taux de rebond moyen ou idéal a peu de sens, en effet, il dépend de la nature du site et des sources de trafic.

  • Les pages les plus vues et les moins vues

Disponible dans : Comportement > Contenu du site > Toutes les pages

Ou comment suivre le nombre de visiteurs pour chaque page d’un site web. L’intérêt : identifier les pages du site qui sont les plus performantes (visite, temps passé, fréquence)

  • Les sources de trafic

Disponible dans Acquisition  >> Tout le trafic > Canaux.

Ce KPI est très important puisqu’il permet d’identifier les sources d’acquisition de trafic mais aussi de savoir quand arrive ce trafic. Ainsi il est possible de voir si les visiteurs  sont venus suite à une recherche SEO, ou en cliquant sur une annonce payante, ou encore suite à la lecture d’un article sur un blog ou suite à une publicité sur Facebook par exemple.

L’intérêt est de pouvoir mesurer l’efficacité de chaque canal et d’optimiser les investissements en fonction des conversions relevées.

  • Les mots-clés

Disponible dans : Sources de trafic > Adwords > Mots-clés > Types de correspondance

Vous avez la possibilité de voir les requêtes faites par les internautes pour arriver sur un site.

  • Les usages mobiles

Disponible dans : Audience > Mobile > Vue d’ensemble

Suivre le trafic mobile est devenu incontournable! Quelle part de trafic représente le mobile ?  Un site internet doit être avant tout adapté aux nouveaux devices, mobile et tablette.

  • Les objectifs de conversion

Disponible dans : Conversions > Objectifs > Vue d’ensemble

Combien de conversions cette semaine? Quel est mon taux de conversion? Quel est le coût/conversion? Combien me rapporte une conversion?

L’expert analytics aura en charge de configurer les objectifs qui auront bien été identifiés en amont. Ces KPI très perf sont incontournables dans le cadre d’une stratégie business et roiste.

 

Vous avez besoin d’une analyse adaptée à votre marketing, n’hésitez pas à contacter nos experts !

Hello, Google Ads ?

Un nouveau nom pour Google Adwords !

Après 18 ans d’existence, la régie publicitaire Google Adwords change de nom et devient Google Ads : changement d’identité globale à compter du 24 juillet 2018 !

 

Le 10 juillet aura lieu une démonstration de la nouvelle plateforme lors du Google Marketing Live, le sommet annuel de Google.

“Il s’agit principalement d’un changement de nom, mais c’est une indication de l’orientation que nous avons donnée aux produits au cours des dernières années. […] Où nous voulons que les produits aillent.” – Sridhar Ramaswamy

Mais en attendant la date butoir, DigitalKeys vous révèle quelques infos !

 

Quels changements ?

Ce que l’on peut déjà vous dire, c’est que la principale innovation que le géant du Web apporte à son ancienne plateforme est le fusionnement de tous les leviers publicitaires et les formats proposés initialement sur Google, que sont entre autre : Google Shopping, Google Map, Google + partenaires, Google Display Network et Youtube, sous un seul et unique nom, Google Ads.

En plus de cela, de nouvelles plateformes voient le jour :
– Google Marketing Platform qui réunira Double Click + Google Analytics 360 Suite
– Google Ad Manager, lui, rassemblera Double Click for Publishers + Double Click Ad Exchange.

 

Des bénéfices ?

Que du plus !

Le premier facilitera l’échange entre annonceurs et consommateurs. Comment ?
Google Marketing Platform va donner la possibilité de mesurer et optimiser les achats publicitaires, de planifier les campagnes, d’acheter du média digital, tout ça en une seule et même plateforme.
Google Ad Manager lui va tout simplement permettre aux entreprises de mieux monétiser leur contenu.

Ensuite pour les petites entreprises et les petits annonceurs Google Ads est une véritable aubaine, il va leur permettre de les accompagner dans leur stratégie commerciale en rendant la plateforme publicitaire plus intuitive. En d’autres termes Google Ads souhaite rendre la navigation sur sa nouvelle plateforme plus évidente, il s’adapte donc en leur mettant à disposition un nouveau type de campagne qui leur simplifiera leur travail.
Pour ce faire on peut vous dire que l’interface que l’on connaissait alors n’aura plus rien à voir, tous les supports vont être mis à jour, de nombreuses nouvelles fonctionnalités sont attendues.

Bien entendu Google Ads ne profitera pas qu’aux petites entreprises mais aussi à toutes celles devenues expertes en digital grâce à des outils leur permettant d’affirmer leur grandeur et surtout de mieux cibler leurs clients.

Enfin Adwords n’est pas la seule interface à être modifiée. Google a également annoncé la refonte de DoubleClick Ad Exchange (AdX) et de DoubleClick for Publishers (DFP) au sein d’une même interface : Google Ad Manager.

Vous l’avez compris, si Google Adwords était incontournable, Google Ads sera indispensable !

 

Vous avez des questions? Nos experts SEA sont là pour vous répondre 

On vous parle : Attribution et parcours d’achat !

Il y a quelques mois, nous avons décidé à l’agence de remplacer le baby-foot. L’ancien avait bien servi, et était devenu ce que certains appellent une «pièce de caractère», et d’autres « un vieux baby qu’on devrait changer ».

Heureusement que Laurence avait fait une “thèse” dessus, dans le cadre de ses études !

Elle a donc pris les devants, et a compilé une liste de marques de référence, répondant aux critères de qualité et de look.

Il a simplement fallu trouver des sites qui proposaient la marque, choisir un modèle, comparer les offres et commander.

3 semaines plus tard, un baby-foot tout neuf tout brillant est apparu dans l’entrée de l’agence, et les parties acharnées ont repris de plus belle !

Il était une fois, l’attribution

Mettons-nous un peu à la place du vendeur de baby-foot : quand il va analyser ses ventes, il verra qu’une des transactions a eu lieu via une recherche dans Google.fr et, s’il entre en détail, que cette recherche comportait la marque du baby-foot vendu.

Pour lui, la conclusion logique serait d’investir en actions d’optimisation en SEO et en campagnes SEA sur la marque – et il aura raison. Mais seulement en partie, car nous savons qu’avant cette recherche, il y a eu un conseil humain (merci Laurence !) et juste avant l’achat, l’offre a été soumise à une comparaison avec les sites concurrents. Cette recherche a été un peu faite sur mobile, pendant la pause-déjeuner, puis terminée sur un ordinateur de bureau.

Au final, il y a eu, dans cette histoire, au moins 4 – 5 points de contacts avec le site marchand, avant que l’on demande la CB du patron. Et ces contacts ont chacun contribué à la conversion.

C’est le gros dilemme de l’attribution, auquel tous les e-commerçants font face : comment identifier tous les points de contacts, et leur redonner de la valeur en fonction de leur contribution ?

Il existe plusieurs outils de mesure d’audience, le plus populaire étant Google Analytics. Ce dernier utilise le modèle d’attribution par défaut en Dernière Interaction, ou en Last Clic. Les conversions sont très majoritairement attribuées à la dernière source de trafic connue.

Pour avoir une vision plus juste, l’outil permet de comparer les performances en lecture Last Click avec d’autres modèles d’attribution :

  • Dernier clic ou Last Click  : la conversion attribué à la dernière source de trafic connue (souvent, c’est un accès direct : vous avez déjà fait votre choix et vous connectez donc directement au site marchand pour faire votre achat)
  • Linéaire ou Linear : l’attribution est répartie à parts égales entre tous les canaux ayant contribué à la conversion.
  • Avec dépréciation ou Time Decay : accorde plus de valeur au 1er canal de contact, souvent les campagnes SEA génériques ou une recherche SEO hors marque.
  • Modèle basé sur la position ou Position Based  : 40% du mérite est attribué au 1er et au dernier canaux, les 20% restants sont distribués sur les étapes intermédiaires.
  • Basé sur les données, ou Data Driven : un calcul de la valeur de chaque levier est réalisé sur les données réelles. Disponible ans Analytics 360 uniquement.

Enfin, une nouvelle solution devrait prochainement voir le jour et permettrait d’avoir encore plus de visibilité sur la valeur réelle de chaque canal – Google Attribution 360.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur les modèles d’attribution? Le modèle en last-clic ne vous convient plus?

Contactez-nous! nous serons très heureux de pouvoir répondre à toutes vos questions

BACK TO BASICS ! On en parle ?

N’oubliez pas les basiques !

La transformation digitale, le big data, la digitalisation, le CRM, l’intelligence artificielle sont les enjeux d’aujourd’hui pour préparer l’avenir de nos business.

Au-delà de tous les projets de transformation, d’innovation autour de l’expérience client et les leviers pour fidéliser, l’enjeu pour les marques reste encore et toujours la prospection et l’acquisition de nouvelles cibles clients qualifiées. C’est un mix de performances pour suivre la fameuse « customer journey ».

Depuis 10 ans, les leviers digitaux ont considérablement évolué : SEO, SEA, social média, retargeting, affiliation, display, vidéo, programmatique, native, web influence, emailing… faisant de la sphère digitale une nébuleuse difficilement appréhendable.

Il est pourtant indispensable de les maîtriser, de les activer à bon escient et d’avoir une longueur d’avance pour contrôler les nouvelles techniques.

Mais à force de se ré-inventer et d’activer des leviers toujours plus coûteux, d’intégrer trop rapidement les innovations, on en oublie les basiques.

Alors pourquoi ne pas revenir (tout ou partie) à des leviers plus simples, à la perf, qui ont amplement fait leurs preuves ? BACK TO BASICS!


Autrement dit, si on faisait du neuf avec du vieux ?

Avec l’émergence régulière d’innovations technologiques, on a parfois tendance à perdre de vue le but principal : répondre aux objectifs du client, création de trafic web, alimentation de visiteurs, de contacts et de leads qualifiés. Pour cela, il faut activer les bons leviers avec un seul objectif : ROI first. Il faut livrer la performance !

Cela ne veut pas dire s’interdire de regarder du côté des innovations mais ne pas les implémenter juste par goût de la nouveauté !

Car en effet, il est possible de faire du beau avec du vieux, du grand avec du simple, le cher et la prouesse digitale ne sont pas forcément les plus efficaces.

Les leviers « classiques » peuvent être plus performants et surtout beaucoup plus compétitifs en termes d’investissement.

Prenons 3 exemples de leviers d’acquisition qui ont plus que fait leurs preuves.

#L’EMAILING D’ACQUISITION ✉

 L’affiliation ou l’email d’acquisition, un apporteur de trafic, de leads et de ventes!

L’email à la performance est un générateur de trafic, de leads (opt-ins) et de ventes et utilise tous les modèles économiques : CPC, CPL, voire même CPA en fonction de vos objectifs. La stratégie de rémunération des affiliés est un des éléments clés de la réussite de la campagne.

Lorsque nous réalisons des campagnes d’emailing à la performance, l’objectif est souvent de collecter des leads afin d’enrichir les bases de données.

N’oublions pas que l’emailing reste le canal de prédilection des consommateurs tout simplement car ils s’abonnent volontairement à des newsletters, il est ancré dans la pratique et les habitudes des internautes, aussi bien en B2B qu’en B2C.
Il est donc important pour les marques de renouveler leurs bases de données avec des leads « frais » et qualifiés.

Une campagne d’emailing bien travaillée, bien gérée et très personnalisée est essentielle pour atteindre ses objectifs. Dès l’instant où un mail personnalisé propose au consommateur final des offres en phase avec ses attentes, l’emailing prend tout son sens et est un canal très rentable !
L’emailing est toujours un canal incontournable et est donc au cœur des basiques : l’email est le canal préféré des internautes pour interagir avec les marques (52%) devant les réseaux sociaux, les apps ou les chats et 90% des internautes continuent de se servir de l’email au moins une fois par semaine (Etude 2017 du Sncd)

Parce qu’il génère le meilleur ROI, parmi tous les canaux e-marketing, et ce quelque soit le secteur, nous l’intégrons dans nos dispositifs digitaux.

Le baromètre CPA de l’affiliation 2017 nous livre, pour différents secteurs, ce que rapporte 1 euro investi en affiliation :

● Voyage et tourisme : 1€ investi = 27€ générés
● Secteur petit et gros électroménager : 1€ = 29€ générés
● Pièces détachées : 1€ investi = 32€ générés
● High-Tech : 1€ investi = 30€ générés
● Habillement et accessoire : 1€ investi = 8€ générés
● Décoration et maison : 1€ investi = 19€ générés
● Hygiène, beauté, santé : 1€ investi = 18€ générés

2017 marque le retour en force de ce levier trop souvent malmené, la nouvelle loi RGPD qui est entrée en vigueur le 25 mai 2018, va elle aussi remettre au goût du jour les bonnes pratiques et pousser vers toujours plus d’éthique …

C’est un levier qui a su s’adapter aussi avec le temps : des contenus dynamiques (vidéo, gif, compte à rebours), un design et un message orientés mobile, le marketing automation mais aussi l’hyper personnalisation …

L’emailing d’acquisition est donc toujours là et bien là pour durer !

 

#LE SEARCH ?

* Le SEO (Search Engine Optimization – référencement naturel) /

Levier de notoriété, levier de trafic, le basic des basics est plus que jamais d’actualité !

En 2017, il a connu de nombreux changements mais il reste incontournable :

  • Le format AMP (Accelerated Mobile Pages) : Selon une étude de HubSpot, on passe en moyenne 145 minutes par jour sur un mobile et plus de 30% des personnes interrogées déclarent utiliser leur mobile comme outil de navigation principal sur Internet. Pour répondre à cette croissance des recherches sur mobile, Google a intégré la technologie AMP (Accelerated Mobile Pages) qui permet d’afficher les pages très rapidement sur mobile.
  • L’arrivée de la position 0, on vous en dit plus dans cet article
  • Le PAA ou “People Also Ask” : Les “people also ask” ou “autres questions posées” représentent un nouveau module développé et rapidement introduit par Google afin de pousser l’expérience de recherche d’information. Le principe est simple, lorsqu’un utilisateur effectue une recherche, des questions fréquemment posées par les internautes en relation avec sa requête principale apparaissent. Selon une étude récente, sur les 12 millions de mots-clés de l’étude, 3,93% déclenchent des PAA. Sur l’échantillon mobile (1 million de MC), on atteint les 6,15%. Dans 40% du temps, les PAA sont accompagnés d’une Position 0.

En 2018, on va aussi vous parler de RankBrain, de recherches vocales (tendance qui devrait s’accélérer en 2018 avec l’arrivée de nouveaux « assistants numériques » tels que Google Home), de taux de clic (CTR), de contenu, de l’Index Mobile First (une évolution majeure qui risque de provoquer quelques bouleversements dans le monde du référencement naturel) et bien évidemment de netlinking (avec pour unique objectif, d’aller chercher du lien de qualité!)

* Le SEA (Search Engine Advertising – référencement payant) /

Il vient en complément du SEO et aide les sites, via l’achat de liens sponsorisés, à se positionner sur le web, il fait parti lui aussi des basiques lorsque l’on parle stratégie digitale.

Le Search, représenterait 55% du marché global soit une croissance de 7% et un total d’investissement net de 994 millions pour le premier semestre 2017 en France. Il est l’un des leviers du webmarketing qui amènent les visiteurs les plus qualifiés sur un site web, l’internaute étant en phase active de recherche, en intention. On sait que 45% des internautes qui utilisent Google cliquent le plus souvent sur les annonces sponsorisées Google Adwords et que 71% considèrent que celles-ci répondent à leurs besoins.

Nous sommes certifiés Google Partner Premier et le SEA est notre levier de prédilection pour répondre aux besoins Roistes de nos clients!

Search, display, shopping, RLSA, DSA, … les technologies n’ont cessé de progresser, les outils de ciblage d’audience sont de plus en plus sophistiqués, mettant petit à petit un terme au modèle de ciblage par mots clés.

Ces sujets ont du sens pour vous? Vous souhaitez améliorer votre business e-commerce?

 Contactez nos experts !

BINGS ADS DONNE LA PAROLE A DIGITAL KEYS

Digital Keys, agence experte en business digital accompagne depuis 8 ans ses clients dans la mise en place de leurs stratégies digitales. L’agence Digital Keys accompagne ses clients, Café Coton, Moulin Rouge, Deejo, … dans la gestion de leurs leviers d’acquisition online.
Ainsi, dans une logique d’apporter du trafic toujours plus qualifié et en nombre, l’agence propose à ses clients de diffuser des annonces sponsorisées sur les moteurs de recherche, et plus particulièrement sur le Bing Network. Victor Marquis, Responsable PPC chez Digital Keys vous partage son expérience avec Bing Ads en vidéo.

 

 

Vous pouvez aussi voir l’article directement sur le site :

https://advertise.bingads.microsoft.com/fr-fr/blog/post/june-2016/bing-ads-donne-la-parole-a-digital-keys