Lexique

Ad-exchange:
Un Ad-Exchange est une plateforme permettant de mettre en relation des vendeurs, comme par exemple des régies publicitaires, des réseaux publicitaires ou encore des éditeurs web avec des acheteurs (exemples : réseaux de reciblage, annonceurs, agences média).Sur une plateforme d’ad-exchange, les éditeurs souhaitent vendre leur espaces publicitaires disponibles au meilleur prix et les annonceurs (ou agences) cherchent à acheter au plus bas prix.Un ad-exchange est couplé à un DSP.
Ad server:
Un ad server, aussi appelé serveur publicitaire, est un serveur informatique/web qui stocke des publicités de campagnes Internet et qui permet de gérer la diffusion de celles-ci sur des sites web.Les plateformes d’adserving mettent à disposition des annonceurs et des éditeurs un ou plusieurs outils-logiciels permettant de diffuser les publicités, compter les affichages, les clics et de définir les campagnes publicitaires les plus intéressantes pour les sites et les annonceurs.Les annonceurs peuvent suivre en temps réels les résultats de leur(s) campagne(s) et les éditeurs suivre les gains générés par l’affichage de ces campagnes sur leur site.
Adware:
Un adware, contraction anglaise de Advertising software (publiciel en français, contraction de publicité et logiciel) est simplement un logiciel qui affiche de la publicité lors de son utilisation.Il s’agit d’une forme de rémunération pour la société ou les développeurs qui éditent ce logiciel.On parle de logiciel malveillant (malware) lorsque l’utilisateur potentiel du logiciel n’est pas prévenu au préalable de la présence de publicité au sein du logiciel.
Adwords:
Adwords est un système de publicité par mots clés dans lequel les annonces apparaissent comme des « liens sponsorisés » sur les pages de résultats Google ainsi que sur les pages de résultats des partenaires de Google, comme AOL et Ask.com. L’annonceur choisit des mots clés et un court texte publicitaire de une à deux lignes, qui sont affichés sur les pages de résultats lorsque les mots-clés correspondent avec les mots clés de recherche.L’ordre des annonces est déterminé par plusieurs facteurs. Le premier est le montant que les annonceurs sont prêts à payer à Google pour qu’un utilisateur clique sur leurs annonces, et d’autres sont la pertinence de l’annonce à la recherche et le clic historique de taux par le biais de l’annonce. En 2008, Google a commencé aussi à prendre en compte les temps de chargement de la page de destination. Le score global de qualité influe également sur la position d’une annonce sur le réseau Google, ainsi que concernant le calcul de l’enchère minimum d’un mot clé.Les entreprises locales et régionales peuvent affiner leurs cibles dans un rayon précis de clients potentiels. AdWords a été lancé en 2000 et a été revue de façon continue depuis.
Affiliation:
L’affiliation est un partenariat entre un affilieur (annonceur) et un affilié (webmaster éditeur). L’annonceur est la société qui vend un ou plusieurs produits et qui propose aux affiliés de promouvoir ses produits en touchant une commission en échange.Cette technique de marketing digital permet aux éditeurs de sites internet, les affiliés, d’être payés moyennant l’affichage de publicité. La particularité par rapport à une régie publicitaire classique est le mode de rémunération :CPA : coût par acheteur (cost per action) : désigne un mode de rémunération qui consiste à payer un éditeur selon les actions enregistrées, le plus souvent l’acheteur ou le nouveau client.CPV : coût par visiteurs ou double clicCPC : coût par clic (cost per click) : désigne la somme qui est reversée à l’affilié pour un clic sur un élément de promotion de l’annonceur. Cela peut être un lien texte ou un visuel.CPL : coût par lead ou coût par formulaire, désigne la somme reversée à l’affilié à chaque formulaire rempli par un internaute via son intermédiaire. Ça peut être un questionnaire ou une simple inscription à une lettre de diffusion.

CPM : coût pour mille (cost per mil) : désigne la somme reversée à l’affilié pour 1000 affichages d’un visuel de l’annonceur.

L’affiliation a été lancée aux Etats-Unis avec Amazon.

Affilié:
L’affilié est l’éditeur/webmaster qui va mettre à disposition sur son site des espaces publicitaires pour promouvoir les produits d’une société et toucher une commission définie à l’avance.L’affilié accédera et choisira les campagnes selon l’affinité site – campagne et selon le modèle économique proposé.Il peut passer par des plateformes ad-exchanges pour gérer son inventaire d’espace. S’il utilise plusieurs ad-exchanges il peut même passer par un SSP.
Affilieur:
Un programme d’affiliation est un partenariat entre un affilieur et un affilié. L’affilieur, ou annonceur, est la société qui vend un ou plusieurs produits et qui propose aux affiliés (webmasters, editeurs, etc..) de promouvoir ses produits en touchant une commission en échange.
Bannière publicitaire:
La bannière publicitaire est un encart de tailles variables. La taille la plus commune et la plus connue est le fameux 468×60 pixels. Les formats actuels sont :300 x 50 Leaderboard pour mobiles468 x 60 Bannière728 x 90 Leaderboard250 x 250 Carré200 x 200 Petit carré

336 x 280 Grand rectangle

300 x 250 Rectangle intégré

120 x 600 Skyscraper

160 x 600 Skyscraper large

Sur le web, ces bannières publicitaires sont des images au format gif, jpg, png ou swf

Base de données:
Une base de données est un ensemble d’informations stockées de façon bien organisée et bien structurée. Elle est généralement maintenue sur un fichier informatique, conçu pour une consultation et une mise à jour simple et rapide. La structure d’une base de données contient des tables, des champs (colonnes) et des enregistrements (les lignes).Parmi les principaux systèmes nous pouvons citer : Access, MySQL, SQL.
Branding:
Le mot ‘branding’ est issu de l’anglais ‘brand’ qui veut dire ‘marque’ en français. Le branding est une technique marketing ou publicitaire qui cherche à positionner une marque dans l’esprit du consommateur, c’est-a-dire qu’elle soit reconnaissable par les consommateurs et qu’elle soit associée à un ou plusieurs de ses services ou produits. Ceci passe généralement par une campagne publicitaire ciblant les consommateurs potentiels du produit, dans le but de créer une différenciation par rapport aux produits concurrents. Les effets publicitaires recherchés sont plus qualitatifs que quantitatifs.
Buzzing:
Buzz marketing ou tout simplement buzz est un terme utilisé dans le marketing du bouche-à-oreille. L’interaction entre les consommateurs et les utilisateurs d’un produit ou un service servent à amplifier le message de mise sur le marché d’origine et donc amplifier ou dans certains cas, créer, le buzz.Certains décrivent le buzz comme une forme d’exagération des consommateurs, une association positive, mais vague, d’excitation, ou d’anticipation d’un produit ou service. Positive « buzz » est souvent un objectif de marketing viral, les relations publiques et de la publicité sur le Web 2.0 médias. Le terme désigne à la fois l’exécution de la technique marketing et le résultat qui est créé. Exemples de produits à forte buzz marketing lors de l’introduction ont été Harry Potter, la Volkswagen New Beetle, Pokémon, Beanie Babies, et le Projet Blair Witch.Il est possible pour les entreprises de suivre le buzz marketing de leurs produits en ligne en utilisant la surveillance buzz. Pour certaines entreprises, il est important de comprendre le buzz autour d’un produit avant de s’engager sur le marché.
Capping:
Le capping sert à limiter le nombre d’affichage maximal d’une certaine publicité auprès d’un certain visiteur, grâce aux cookies stockés sur l’ordinateur de celui-ci. Il sert à éviter, entre autre, l’irritation des visiteurs à l’égard d’un format publicitaire intrusif.Le capping peut être programmé sur une période temporelle ou par rapport au nombre de visites.
Ciblage:
C’est la sélection d’un segment particulier du marché vers lequel tous les efforts de marketing sont dirigés. Le ciblage des marchés permet aux caractéristiques du segment choisi d’être pris en compte lors de l’élaboration d’un produit ou service et de sa publicité.Il est souvent défini par l’âge, le sexe et / ou un groupement socio-économique.Les décisions de la stratégie de ciblage sont influencés par:* La maturité du marché.* La diversité des besoins et des préférences des acheteurs.

* La taille de l’entreprise.

* L’intensité de la concurrence.

* Le volume des ventes requis pour la rentabilité.

Co-registration:
La co-registration est un mode de collecte d’abonnés newsletter qui consiste à proposer à un internaute qui vient de remplir un formulaire (comme par exemple un formulaire d’achat ou d’abonnement à une newsletter ou à un site) de s’abonner à la newsletter d’un partenaire.Le principe: l’internaute coche la case OUI, il manifeste la volonté de recevoir vos offres.Le co-registrant définit les champs qu’il souhaite collecter, en fonction de son ciblage, de son budget. Possibilité de ciblage : si vous souhaitez collecter uniquement des adresses email de femmes, votre annonce de co-registration apparaitra uniquement lorsqu’une femme se sera inscrite à la newsletter ou au jeu.La co-registration peut être mutualisée : sponsoring. L’internaute accepte de recevoir les offres de tous les partenaires d’un jeux concours en cochant une seule case. Le coût de l’adresse est réduit car la même adresse est collectée par plusieurs partenaires.
CPA:
CPA veut dire « Coût Par Action ».L’annonceur ne paye que lorsque l’internaute clique sur une bannière, un mail et effectue une action du type :•Une inscription à un jeu•Une inscription newsletter•Un achat sur le siteIl y a deux types de CPA. Le CPA post clic et le CPA post view.

– CPA post clic:

Si l’internaute a cliqué sur une bannière/mail et achète en revenant par un autre levier (exemple il achète en allant directement sur le site)

– CPA post view:

Si l’internaute a vu sur une bannière/mail et achète en revenant par un autre levier (exemple il achète en allant directement sur le site)

CPC:
CPC veut dire « Coût Par Clic ».

  • L’annonceur paie pour chaque clic sur sa publicité.
  • Ce modèle est plus rassurant pour l’annonceur qui paie proportionnellement à l’impact de sa publicité. Les sites à très forte audience ne commercialisent pas tout leur espace publicitaire au CPC. En général, les meilleurs emplacements sont réservés au CPM plus rentable pour le site, les emplacements de « fond site » ou de bas de page sont de plus en plus réservés aux modèles économiques à la performance : CPC – CPL – CPA
    C’est Google qui a démocratisé le CPC car tout le référencement payant (SEA) est basé sur ce type de rémunération.
CPL:
« CPL » veut dire « Coût par Lead », c’est-à-dire que l’annonceur paie chaque fois qu’une adresse est récoltée.Par exemple, si une entreprise investit 15 000€ dans une campagne publicitaire sur Internet et qu’elle obtient en retour 1000 commandes, le CPL sera de 15€, car 1 000 * 15€ = 15 000€.Le CPL est souvent utilisé dans le cadre de l’affiliation, dans les jeux concours ou encore dans le remplissage de formulaire. Il sert à recueillir des informations personnelles.
CPM:
CPM veut dire « Coût Pour Mille ».

  • L’annonceur paie pour 1000 personnes ayant vu la publicité.
  • C’est en fait l’extension du modèle économique de la publicité télé, l’annonceur paie pour diffuser un message à une audience ciblée.
  • Surtout pertinent et utilisé par des grandes marques / sites qui ont pour objectif de la visibilité et notoriété et qui souhaitent maîtriser leur image.
  • Il n’y a pas d’assurance de résultats.
CPM Brut et Budget Brut:
Le CPM est de prime abord, affiché « en brut », c’est à-dire avant toute négociation commerciale.Ce prix varie selon les caractéristiques suivantes :- taille de l’objet publicitaire
– qualité du support publicitaire
– ciblage thématique
– options de ciblage
CRM:
CRM signifie « Customer Relationship Management », c’est-à-dire la gestion de la relation client. L’entreprise met donc en place un processus personnalisé de la relation commerciale qu’a une entreprise / une marque avec ses clients. L’objectif de la gestion de la relation client est de fidéliser et répondre aux attentes des clients pour éviter qu’ils essayent une marque concurrente. Un CRM est efficace lorsqu’il tient compte des données personnelles de chaque client.Ces données s’obtiennent de différentes façons, en analysant le comportement du client vis-à-vis de la marque, c’est à dire l’historique de ses achats, sa facilité et/ou son besoin d’accès à l’information (téléphone, boutique…). L’objectif est de faciliter toutes les démarches du client et de lui proposer des produits et des services qui correspondent à ses attentes.Lorsqu’un secteur est très concurrentiel, il est beaucoup plus coûteux de développer la prospection que de ‘garder’ les clients existants dans le portefeuille d’une entreprise ou d’une marque. C’est pourquoi le CRM est très important.On appelle e-CRM la gestion de la relation client utilisant Internet comme support. Dans le e-business, la gestion de la relation client consiste à développer une application informatique qui prend en compte toutes les activités avant et après vente sur une boutique en ligne.
DSP:
DSP veut dire « Demand Side Platform ».Il s’agit d’une plateforme unique d’optimisation de vos campagnes publicitaires sur le web.En effet, une telle plateforme permet à l’annonceur de créer une seule et unique campagne au lieu de la créer sur chacun des ad-exchanges qu’il utilise. Cela représente un gain de temps non négligeable !Voici quelques DSP connus : TURN, x+1, invitemedia (google)Vous devez comprendre la définition d’Ad-exchange pour vraiment visualiser l’Intérêt d’un DSP.L’équivalent pour les vendeurs d’espaces publicitaires s’appelle un SSP (Sell Side Platform)

E-commerce:
L’e-commerce c’est l’achat et la vente de produits et services par les entreprises et les consommateurs grâce à un support électronique, sans utiliser de support papier.
Il est subdivisé en trois catégories: Business to Business ou B2B (ex: Cisco), business to consumer ou B2C (ex: Amazon), et, de consommateur à consommateur ou C2C (ex:eBay), également appelé le commerce électronique.
Même si les marketeurs utilisent des variantes type m-commerce (mobile), on peut appeler e-commerce toutes transactions commerciales sans l’utilisation du papier• Business to Business (B2B) : Une opération qui se produit entre une entreprise et une autre société, à l’opposé d’une transaction impliquant un consommateur. Le terme peut aussi décrire une société qui fournit des biens ou des services à une autre société (Exemple : Cisco).• Business to Consumer (B2C) : Une opération qui se produit entre une entreprise et un consommateur, à l’opposé d’une transaction entre entreprises (B2B). Le terme peut aussi décrire une société qui fournit des biens ou des services aux consommateurs (Exemple : Amazon).• Consumer to Consumer (C2C) : Une opération qui se produit entre un consommateur et un autre consommateur. Le terme peut aussi décrire un consommateur qui fournit des biens ou des services à un autre consommateur (Exemple : eBay).
E-mail marketing, ou E-mailing:
L’e-mail est un outil informatique permettant d’envoyer un message à un ou des destinataires précis. Une marque peut ainsi envoyer ses offres à l’ensemble de ses clients ou à une partie de la cible.
L’e-mail marketing présente plusieurs avantages par rapport au courrier papier tels que : la réactivité et la flexibilité avec des coûts réduits. Cela s’explique par le fait qu’un e-mail marketing est ciblé, personnalisé et qu’il est envoyé en un court laps de temps.De façon générale, tous les e-mails envoyés à un prospect (c’est-à-dire un client potentiel) ou un client peuvent être considérés comme de l’e-mail marketing. Toutefois, ce terme est utilisé pour faire référence à l’envoi d’e-mails ayant différents objectifs :

  • Renforcer les relations entre une marque et ses clients.
  • Encourager la fidélité des clients.
  • Acquérir de nouveaux clients.
  • Convaincre les clients actuels d’acheter immédiatement.
  • Transmettre des publicités aux e-mails envoyés par d’autres entreprises à leurs clients.
E-marketing:
L’ e-marketing peut être défini comme l’ensemble des techniques publicitaires et marketing utilisées dans l’environnement web. Cependant il n’est pas limité au réseau Internet, mais concerne également les futurs autoroutes de l’information comme la télévision interactive ou encore la téléphonie mobile.Il est traditionnellement découpé en 4 axes principaux:

  1. La recherche et mise en place d’une stratégie
    exemples : l’analyse des marchés ou encore la veille stratégique.
  2. La génération de trafic
    exemples : l’e-mailing, le référencement naturel, l’Adwords, le marketing viral (c’est-à-dire buzz).
  3. La fidélisation
    exemples : e-mailing de fidélité, renouvellement du contenu du site, création de forums ou communautés.
  4. L’analyse
    exemples : analyse de parcours de l’internaute, analyse de trafic, analyse de ventes, analyse de visibilité, etc.

L’e-marketing est souvent caractérisé comme un marketing dynamique, à forte dimension technique, très évolutif et comme un marketing de donnée.

 

Guerilla Marketing:
A l’inverse du Street Marketing, le Guerilla Marketing désigne des méthodes de marketing non-conventionnelles. Il est employé en raison de faible budget ou pour se démarquer, d’où le terme « guerilla » qui désigne un combat mené par des groupes clandestins, elle a pour but politique de renverser une autorité contestée par de faibles moyens militaires très mobiles utilisant les effets de surprise.Ces campagnes doivent se démarquer par :

  1. Leur originalité
  2. L’utilisation des nouveaux supports de diffusion dont les médias sociaux
  3. L’implication des consommateurs dans la campagne
  4. Un message personnalisé pour chaque groupe cible
  5. La pertinence du message par rapport au besoin identifié
  6. La sensibilisation de nos sens (vue, odorat, toucher, goût, ouïe)
Incentive:
« Incentive » est un mot anglais qui peut être traduit en français par « incitation », « récompense » ou encore « motivation ». Il désigne le fait d’inciter des visiteurs à cliquer sur un élément promotionnel ou encore proposer une récompense contre  le remplissage d’un formulaire, ou l’inscription à un service de l’annonceur.Au sein d’une entreprise, l’incentive sert aussi à développer et entretenir la motivation du personnel. Par exemple, il va se traduire par des jeux-concours, des séminaires, des voyages, etc.
Internaute:
Un internaute est un utilisateur du réseau Internet. Construit avec le mot « internet » et le suffixe « naute » – qui signifie « navigateur » -, il désigne quelqu’un qui utilise un navigateur web pour se connecter et surfer sur des sites Internet, ou même quelqu’un qui utilise une application informatique qui se connecte à Internet pour obtenir des informations.Selon un sondage annuel de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), un internaute est un individu de 15 ans et plus qui déclare, le jour de l’enquête, avoir utilisé Internet au cours des trois derniers mois.
Klout (score):
Le Klout est un indice qui permet de mesurer le niveau d’influence d’un acteur sur les réseaux sociaux et qui se base sur la capacité à mener des actions.Klout est un service web qui se base sur les données de Twitter (essentiellement) ainsi que Foursquare, Facebook et Linkedin. Il est fort probable qu’il prenne également en considération des données des utilisateurs de Google+ dans un avenir proche.Le Klout détermine donc à la fois l’activité, la capacité à influencer et la propension à être influencé pour chaque internaute présent sur les réseaux sociaux.
KPI:
« KPI » veut dire « Key Performance Indicator », se qui renvient en français à l’ICP: « Indicateur Clé de Performance ». Les personnes travaillant dans le marketing ont l’habitude de ce terme, essentiel pour mesurer l’efficacité d’une opération. Par exemple, les indicateurs pour suivre l’efficacité d’une campagne d’emailing sont : nombre d’emails délivrés, nombre d’emails ouverts, nombre de clics, nombre de nouveaux membres inscrits.
Il faut utiliser les différentes technologies de tracking pour mesurer en temps réel les actions marketing et leurs retombées.
Les indicateurs de connaissance client et les outils d’analyse d’audience permettent de recueillir des informations relatives au comportement et à la typologie des visiteurs telles que :- Les requêtes saisies par les internautes dans les moteurs de recherche.
– Les parcours types des internautes depuis leur entrée jusqu’à la sortie du site.
– Les pages ou les contenus les plus visités.
– Le profil des visiteurs (âge, genre, centres d’intérêts…) informations collectées sur la base panels anonymes.Cela permet de :- Détecter des nouveaux besoins en temps réel.
– D‘améliorer la connaissance clients et prospects.
– Et par conséquent de mener des actions ciblées, en améliorer l’efficacité et donc en optimiser les coûts.
Marketing Digital:
Le Marketing Digital est une pratique pour promouvoir des produits et des services en utilisant un canal de distribution et de communication digital ou numérique pour atteindre les consommateurs d’une manière opportune et personnelle.  Toutes les grandes techniques du web marketing sont regroupées dans le Marketing digital : search (SEO, SEM, SEA), display, affiliation, shop in shop, place de marché, emailing…
Moteur de recherche:
Les moteurs de recherche permettent de localiser des sites Web pertinents lorsque les utilisateurs tapent des mots-clés ou des phrases dans le champ de recherche.Cela fonctionne grâce à un algorithme (robots) qui explore et nourrit une gigantesque base de données (l’index du moteur). Chaque page internet explorée est enregistrée et liée à des mots clés. Ces mots sont définis en fonction de plusieurs critères. Et le choix de ses derniers devient une véritable stratégie marketing. Afin d’avoir un maximum de chance de voir apparaître son site sur la première page du moteur de recherche, il faut manipuler les outils du référencement, tel que le SEOSEA…Ainsi lorsqu’on effectue une requête sur les moteurs de recherche, ce dernier affiche les réponses enregistrées dans son index.De ce fait il est possible de ne pas trouver son site récemment mis en ligne. Mais aussi l’on peut retrouver des anciennes pages qui n’ont pas encore été mises à jour par les robots. La puissance d’un bon moteur de recherche commence par la régularité de la mise à jour de son index.
PAP:
« PAP » veut dire « Page Avec Publicité ». Pour qu’une page web puisse être qualifiée de PAP, il faut qu’elle s’affiche et qu’il y ait au moins une publicité sur celle-ci. Le nombre de PAP est un indicateur d’audience et de potentiel publicitaire. Sachant qu’un PAP peut comprendre plusieurs publicités, le nombre de PAP n’est donc pas équivalent au nombre de publicités présentes.
Plateforme:
Une plateforme d’affiliation est une entreprise qui joue le rôle de tiers de confiance en mettant en relation le site affilieur avec son réseau de sites affiliés.La plateforme dispose d’un réseau étoffé de site affiliés, permettant de relayer les publicités de l’annonceur de façon globale et pertinente, afin de lui permettre accroître de façon intensive son trafic, et donc ses ventes.Les annonceurs déposent leurs campagnes sur la plate forme et les rémunérations correspondantes.Les affiliés prennent les campagnes qu’ils souhaitent relayer sur leur site.Un tracking permet aux 2 parties d’avoir les retours des campagnes.
Podcast:
Le podcast ou podcasting est une technique de diffusion de fichiers multimédia, le plus souvent des fichiers audio ou vidéo. Il est souvent associé à la notion d’abonnement via flux RSS.Par exemple, la plupart des radios ou chaînes de télévision proposent de s’abonner à leurs émissions quotidiennes en les proposant directement après diffusion, au format audio ou vidéo en podcast.Les podcasts peuvent être lus sur votre ordinateur, mais sont généralement directement exécutés sur les mobiles.
PR (Page Rank):
Le Page Rank est une technologie spécifique à Google permettant de déterminer un indice de popularité pour chaque page du web.Une page « populaire » sera globalement mieux positionnée dans les pages de résultat des moteurs de recherches. Le Page Rank est aujourd’hui remise en cause parce que ce seul indice ne suffit plus à mesurer la popularité d’un site. Car ce dernier ce contentait de compter le nombre de lien pointant vers son site. Et l’on a vu très vite apparaitre des techniques douteuses telles que le « Google Bombing » qui avait pour but d’influencer le classement Google en créant de nombreux liens hypertextes vers un même site.C’est pour cela qu’un nouvel indice est apparu, nommé le « TrustRank » qui cherche à réduire le spam dans les moteurs de recherche. Il faut donc continuer à travailler son référencement naturel (SEO) en ayant une approche qualitative.
PRM:
PRM signifie « Prospect Relationship Management », c’est-à-dire la gestion de la relation prospect. (NB: Un prospect est un client potentiel.)Les responsables PRM doivent mettre en place un processus pour gérer la relation qu’a une marque avec ses prospects. Cette pratique se base sur les pratiques de CRM, « Customer Relationship Management », c’est-à-dire la gestion de la relation client.Les actions menées sont très différentes d’une marque à l’autre et dépendent avant tout des différences existantes entre clients et prospects.Lorsqu’une entreprise identifie un portefeuille prospects, elle doit le gérer et le valoriser pour transformer ces prospects en clients et les fidéliser à sa marque. Sur Internet, ce processus est plus simple à mettre en place car les coûts de contacts y sont moins élevés.
Référencement:
Le référencement désigne l’ensemble des techniques permettant d’être présent dans les résultats des moteurs de recherche et annuaires.80 % des internautes ne dépasse pas la 2ème page de résultats dans les moteurs de recherche.
Apparaître dans les premières pages sur les moteurs de recherches est donc essentielle pour bénéficier d’un maximum de visibilité.Il existe deux techniques de référencement :- Le SEO, c’est le référencement naturel, pour travailler au mieux ce référencement il faut être patient et minutieux. De nombreuses actions doivent être effectuées au niveau du contenu, de la technique (code source) et des liens externes (annuaires, net-linking, RP…).- Le SEA, c’est le référencement payant, cela consiste à payer un CPC(Coût Par Clic) sur des mots clés spécifiquement choisi par vos soins, afin de voir sa publicité apparaître dans la catégorie liens sponsorisés des moteurs de recherche, lors de saisi du mot clé payé (adwords). Plus les mots clés achetés sont en cohérence avec le site et son contenu, moins le coût par clic sera élevé. Il y a aussi les adsenses (Google Adsense est une régie publicitaire) qui sont des réseaux de liens sponsorisés.
Réseaux sociaux:
On appelle réseau social, une communauté d’individus reliés entre eux, selon les cas, par : des origines, des centres d’intérêts, des besoins, des points de vue… proches ou similaires.Exemples de réseaux sociaux: Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, LinkedIn, Tumblr, Google +, Vine, etc.Ces réseaux sociaux permettent de se constituer un réseau personnel (Facebook, Twitter, etc.) ou professionnel (Linkedin, Viadeo, etc.)
Routage:
Le routage est un élément clé à connaître dans le secteur / monde du web car il permet d’envoyer des mails d’un ordinateur à un autre en grande quantité et participe donc à la diffusion des campagnes emailing. C’est le mécanisme par lequel des chemins sont sélectionnés dans un réseau pour acheminer les données d’un destinateur jusqu’à un ou plusieurs destinateurs.Le routage est généralement effectué par un appareil appelé routeur.
SEA:
« SEA » veut dire « Search Engine Advertising ».Ce terme est souvent remplacé par SEM dans le jargon marketing. Mais littéralement le SEM c’est le référencement marketing d’un site. Cela consiste à placer des annonces en rapport avec son site dans les moteurs de recherche en tête des résultats sur un ou plusieurs mots-clés. Le modèle de facturation des campagnes est le CPC (Coût Par Clic)L’annonceur paye en fonction des résultats obtenus et selon le principe des enchères entre les annonceurs.Le positionnement publicitaire est une technique complémentaire au référencement naturel (SEO) qui permet :

  1. D’obtenir du trafic en quelques heures, grâce à un positionnement garanti sur les moteurs de recherche.
  2. De cibler très finement les mots clés (CTR: Click Through Rate: Taux De Clics).
  3. De contrôler le coût au clic en temps réel par un système d’enchères.
  4. De mesurer au jour le jour le trafic généré et le coût quotidien.
  5. D’évaluer finement le retour sur investissement (ROI: Return On Investment: Retour Sur Investissement).
  6. De contrôler exactement le message associé au site et au mot clé.
  7. De se positionner sur les mots clés très spécifiques, peu coûteux mais transformants.

Vous l’aurez compris le référencement est une véritable stratégie marketing. Il faut faire preuve de bon sens et d’un suivi permanent.

SEO:
SEO, dit référencement naturel, est l’organisation et la structuration du contenu d’un site autour de mots-clés spécifiques. Cela a pour but d’améliorer les chances qu’un site soit trouvé par un moteur de recherche comme Google, Yahoo, Bing…Le référencement naturel est composé de trois parties :

  1. Le contenu : les informations doivent être précises et percutante. Une rédaction Web est concise, simple et direct. Les informations importantes doivent ce trouvé en haut de page et être bien hiérarchisé. Il faut s’appuyer sur un champ lexical prédéfini afin d’en dégager des mots clés et de les appliquées dans notre contenu.
  2. La technique : le code source du site est celui qui va être scanné par les robots des moteurs de recherche. Afin qu’il lise bien le message voulu, il faut adopter son langages. En remplissant les Métadonnés, en choisissant une URL explicite, en utilisant les balises permettant de mettre en avant certains mots (<strong>, <h1>…)
  3. Les liens externes : ce sont tous les sites sur lesquels figure votre lien, pour permettre aux utilisateurs de, par exemple, surfer de leur blog vers votre site, ainsi « la toile se créer ». Il existe plusieurs solutions, l’inscription aux annuaires, le net-linking qui est un échange de liens entre les sites, ou encore la relation presse qui permet de présenter son site sur des blogs, réseau sociaux etc…

Afin de réussir son référencement naturel (SEO), il faut effectuer des actions sur les trois parties en cohérence avec son environnement.

Shop in shop:
Il s’agit d’intégrer un site marchand dans un autre site marchand. Par exemple, un site événementiel Levi’s est intégré chez le distributeur La Redoute.Très pratiqué dans les pays anglo-saxon, ce type de technique, complexe à mettre en place du point de vue de la technologie, est souvent très efficace car les deux sites souhaitant réaliser cette opération ont souvent des affinités et intérêts particuliers.
Shopbot:
Littéralement, shopbot est la contraction de l’anglais ‘shopping Robots’ et représente un logiciel ‘intelligent’ qui parcourt internet afin d’indexer les offres des marchands. Les données sont ensuite affichées dans des comparateurs de prix.C’est pour cela que le mot shopbot représente maintenant dans le langage courant ‘web’, un comparateur de prix.Ces comparateurs de prix recensent les produits correspondant à une recherche de l’internaute puis le redirigé vers le site marchand. Aujourd’hui, plus d’1 internaute sur 2 consulte un comparateur de prix avant d’acheter en ligne !
Site éditeur:
Un site éditeur est d’un site internet qui diffuse de la publicité, soit au moyen de bannières publicitaires, d’emailing ou de zones de partenariat.Par exemple, un site d’information peut avoir sur une même page des emplacements de bannière, des zones de recherche via les adscence de Google et par exemple des partenariats avec un fleuriste, un site de rencontre et un supermarché en ligne.Le site éditeur a donc dans son modèle économique des revenus publicitaires
SSP:
« SSP » veut dire « Sell Side Platform ».Il s’agit d’une plateforme unique qui se situe entre les vendeurs d’espaces publicitaires et les ad-exchanges. Ils y définissent leur inventaire le plus clairement et précisément possible.Cet inventaire est ensuite mis à disposition des plateformes d’ad-exchange.L’équivalent côté acheteurs d’espaces (les annonceurs) s’appelle un DSP (Demand Side Platform).
Tracking:
« Tracking », traduit littéralement  en français  par pistage ou suivie à la trace, sert en marketing à l’élaboration de suivie statistiques. Généralement grâce au principe des « cookies », les différents systèmes de tracking permettent à l’émetteur de ce tracking de savoir le trajet générale d’un individu x sur une page muni d’un tracker, c’est-à-dire la page sur laquelle était cette personne avant de venir sur la page tracking et la page sur laquelle la personne l’a quittée. Ou alors, il peut par exemple savoir combien de personnes ont cliqué sur un lien (muni d’un tracker), combien de temps cette personne est restée sur la page, etc. Les informations réunies grâce au tracking sont alors utilisées pour analyser le comportement d’un internaute et donc de lui proposer des offres personnalisées.
VU Visiteurs uniques:
Un visiteur est un internaute visitant un site. Ce visiteur est considéré unique (donc un « VU ») pour le site pendant une période X, même s’il y retourne plusieurs fois lors de cette période.Par exemple, si un internaute va sur un site Y 15 fois en 1 mois, il sera compté comme un seul VU, mais il aura générée 15 visites, dans les statistiques du mois de ce site.Cette notion n’est possible qu’avec l’aide de cookies (généralement), ou alors par adresse IP (plus rarement). Elle est plus précise que la notion de « visites », où les visites multiples d’un même internaute sont quand même comptabilisées.
Web 2.0:
Le Web 2.0 est l’évolution du Web vers plus de simplicité, il désigne généralement le « Web nouvelle génération », donc l’ensemble des découvertes et développements qui se sont effectués sur le web lors des dernières années. Il se focalise en grande partie sur l’utilisateur ainsi que le partage d’information. Il est aussi caractérisé par l’arrivée de nouveaux supports (ex: blogs, réseaux sociaux,etc.), de nouvelles informations (ex: journaux en ligne, flux rss, etc.) et de l’évolution des langages de programmation.

Retourner en haut